Prévention de la prématurité

En Suisse, la prématurité concerne environ 7% des femmes enceintes. La consultation de la Pre Begoña Martinez de Tejada Weber s’adresse aux femmes qui présentent un risque d’accouchement prématuré, soit survenant avant 37 semaines d’aménorrhée. Les facteurs de risques d’un accouchement prématuré sont divers :

  • Facteurs obstétricaux : antécédent d’accouchement prématuré, de fausse-couche tardive (au-delà de 12 semaines) ou à répétition, grossesse gémellaire ou grossesses rapprochées.
  • Facteurs individuels : âge (moins de 18 ans ou plus de 40 ans), maigreur, obésité, race noire, bas niveau socio-économique, tabagisme et consommation de drogues.
  • Problèmes de santé chez la mère : anémie, diabète, hypertension artérielle, par exemple.

Ces grossesses à haut risque devraient être prises en charge dès que possible. La Pre Martinez de Tejada Weber propose à ces patientes un suivi étroit afin d’éviter une naissance prématurée ou de la retarder le plus possible. Car plus le bébé est prématuré, plus les conséquences sur sa santé peuvent être sévères, avec un risque important de décès néonatal. La prise en charge de ces grossesses repose sur la mise en place de mesures préventives telles que le dépistage et le traitement des infections, le contrôle de la longueur du col de l’utérus, l’adaptation des conditions de travail et de l’hygiène de vie, une diminution du stress, ou des traitements comme le pessaire vaginal, le cerclage ou l’administration de progestérone par voie vaginale, notamment.

La Maternité des HUG est un centre de références en la matière. Pour une meilleure prise en charge possible, elle s’appuie sur des protocoles spécifiques qui tiennent compte des dernières évidences scientifiques. C’est pour cette raison également qu’elle participe, avec l’accord des patientes, à des études scientifiques internationales. En cas de naissance prématurée, elle est à même d’offrir les soins adéquats aux bébés grâce à son service de néonatologie et de soins intensifs pour nouveau-nés.

Le saviez-vous ?
Les traitements disponibles ne permettent pas d’éviter un accouchement prématuré. La clé est dans la prévention. En cas de facteurs de risques, une prise en charge rapprochée et précoce peut améliorer le pronostic.

Dernière mise à jour : 29/08/2017