Contrôles ou examens

 

 

 

INFORMATION IMPORTANTE
Durant le suivi de votre grossesse, les enfants ne sont pas autorisés à assister aux examens échographiques ainsi qu'aux consultations prénatales afin de ne pas troubler ces derniers et faciliter la mission des équipes médicales et soignantes. Plus d'infos

Une garderie est ouverte du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h à 17h pour les enfants de 18 mois à 10 ans. Contact

Les contrôles

Au cours des neuf mois, différents contrôles sont proposés afin d’écarter les risques de complications : examens cliniques, mesures du poids, de la tension artérielle et de la hauteur utérine, prises de sang, collectes d’urine, auscultations du coeur du bébé, etc.

L’échographie, quant à elle, détermine le terme de la grossesse et permet d’exclure un certain nombre de complications chez le bébé (malformations, problèmes de croissance). En fin de grossesse, on peut, si nécessaire, y recourir pour estimer la taille du bébé.

La hauteur utérine sert à évaluer la croissance du foetus, le développement de l’utérus, et la quantité de liquide amniotique. Elle se mesure à l’aide d’un mètre de couturière.

Le dépistage prénatal de la trisomie 21

Le test de dépistage du premier trimestre est proposé à toutes les femmes enceintes, mais il n’est pas obligatoire. Il sert à estimer votre risque d’avoir un foetus porteur d’une anomalie génétique telle que la trisomie 21 (ou syndrome de Down). Ce calcul de probabilité statistique résulte d’une mise en lien de trois paramètres : votre âge, la présence de certains marqueurs dans votre sang et la clarté nucale, soit la mesure par échographie de l’épaisseur de la nuque du bébé (entre la 11e et la 14e semaine de grossesse). Selon le niveau de risque, d’autres tests à visée diagnostique sont proposés (en général en présence d’un risque supérieur à 1 sur 1000).

Lire Dépistage prénatal des trisomies 21, 18 et 13

Le dépistage non invasif (Genatest®)

Ce test est proposé dès la 11e semaine de grossesse pour le dépistage de la trisomie 21 (et des trisomies 18, 13) du foetus, lorsque le dépistage prénatal montre un résultat supérieur à 1 sur 1000. Réalisé à partir d’une prise de sang, il consiste à analyser le matériel génétique du foetus libéré par le placenta dans votre sang. Il ne présente aucun danger pour l’enfant à naître. Si le résultat est anormal (forte suspicion de trisomie), il est nécessaire de le confirmer par un examen diagnostic invasif (choriocentèse ou amniocentèse).

Ce test est remboursé par l’assurance maladie pour les femmes enceintes dont le foetus présente un risque modéré à élevé de trisomie à l’issue du dépistage du premier trimestre. Toutefois, toutes les femmes enceintes qui le souhaitent peuvent y recourir, mais il ne sera pas remboursé en absence d’un risque supérieur à 1 sur 1000.

Télécharger la brochure

Calendrier de grossesse

Télécharger le calendrier de grossesse

Echographies spécialisées

Les échographies spécialisées sont réalisées dans le cadre des consultations spécialisées de médecine fœtale :

  • Consultation de grossesse à risques maternel ou fœtal
  • Consultation de cardiologie foetale
  • Consultation des grossesses multiples

Elles sont réalisées en collaboration pluridisciplinaire avec l’unité d’obstétrique à haut risque ainsi que les différents services partenaires.

Consultation de médecine/pathologie Foetale

Le suivi échographique recommandé d’une grossesse normale consiste en un examen de dépistage du premier trimestre, de morphologie au deuxième trimestre et éventuellement un contrôle de la croissance au 3ème trimestre.
Dans la majorité des cas, ces examens sont normaux. Lors d’un suivi échographique de grossesse, l’examen peut parfois mettre en évidence un problème fœtal qui nécessite soit un traitement, soit une prise en charge particulière. La consultation de médecine fœtale permet aux couples de rencontrer le médecin obstétricien, le médecin généticien et le spécialiste pédiatre selon la pathologie présentée par le fœtus, afin de discuter des options diagnostiques et thérapeutiques adaptées à la situation.
Cette consultation est également proposée à tous les couples qui ont vécu une situation de pathologie fœtale grave ayant abouti à une interruption médicale de grossesse. Elle se déroule généralement à une distance de 6 semaines de l’hospitalisation.

Cardio-pédiatrie

Le médecin obstétricien fait parfois appel au pédiatre spécialiste en cardiologie : en cas d’antécédent ou de pathologie maternelle susceptible d’influencer la morphologie ou la fonction cardiaque fœtale (ex : diabète insulino-dépendant, traitement anti-épileptique, antécédent de malformation cardiaque maternelle ou familiale), ou lorsque l’examen cardiaque du fœtus est jugé anormal ou difficile lors d’un examen échographique prénatal.

Consultation des jumeaux

Les grossesses gémellaires font l’objet d’un suivi particulier, d’une part sur le plan du suivi échographique, d’autre part au niveau du suivi clinique, en raison d’une possibilité plus importante de complications propres aux grossesses multiples. Le rythme du suivi est donc différent de celui des grossesses uniques. A chacune de ces consultations, nous nous assurons que l’évolution de la grossesse reste favorable et recherchons d’éventuelles complications.

Prélévements foetaux 

Les prélèvements fœtaux consistent le plus souvent en prélèvements de liquide amniotique (amniocentèse) ou de villosités choriales (choriocentèse), dans le but de déterminer le caryotype fœtal. La choriocentèse est réalisée entre 11 et 13 semaines d’aménorrhée tandis que l’amniocentèse est réalisée dès 15 semaines d’aménorrhée. L’amniocentèse est couramment pratiquée depuis de nombreuses années, sous contrôle échographique, dès 15 semaines d’aménorrhée. En introduisant une aiguille dans l’utérus, on peut prélever du liquide amniotique et étudier les cellules fœtales qu’il contient. Cette technique n’est pas dénuée de risque et entraîne un avortement involontaire dans 1% des cas.

La choriocentèse, également appelée "prélèvement de villosités choriales", consiste en une biopsie du placenta entre 11 et 13 semaines d’aménorrhée par voie transabdominale ou transcervicale. Elle permet un diagnostic plus précoce de certaines anomalies chromosomiques et maladies génétiques (Service de génétique médicale). Elle comporte, également un risque d'avortement de 1 à 2%.

Interventions sur le foetus et foetoscopie

L’unité de médecine fœtale et échographie développe aujourd’hui un pan nouveau de l’activité obstétricale à travers la mise en place de procédures interventionnelles telles que la foetoscopie, ou le laser. Ces prélèvements permettent également de rechercher des maladies génétiques ou des agents infectieux. Le risque de complications des ces procédures survient dans 1% des cas : il s’agit dans 0,5% des cas de complications de type rupture des membranes, hématome saignements et dans les 0,5% restants d’avortements involontaires. 

Le prélèvement de sang au niveau du cordon ombilical (cordocentèse) peut être réalisé afin d’analyser le sang fœtal à la recherche de répercussions de diverses maladies. L’accès au cordon ombilical permet également de réaliser des traitements intra-utérins, par exemple les transfusions foetales, utiles en cas d’anémie sur allo-immunisation Rhésus, d’autres types d’Anticorps anti-érythrocytaires ou d’origine infectieuse (Parvovirus). Cependant, le prélèvement de sang fœtal est réalisé plus rarement en raison du peu d'indications imposant une cordocentèse et de la possibilité d’obtenir les informations nécessaires par amniocentèse, autrefois accessibles uniquement pas cordocentèse.

Dernière mise à jour : 11/02/2019