Visites virtuelles

  • L’établissement accueille des personnes dont l’état de santé nécessite une hospitalisation pour des soins de réadaptation médicale, par exemple pour récupérer après une atteinte neurologique, et des soins palliatifs.

  • Véritable gyroscope, l’oreille interne, principal organe de l’équilibre, détecte les mouvements de la tête dans l’espace. Une plateforme unique en Suisse évalue de manière sélective les cinq récepteurs qui la composent. Ce bilan otoneurologique diagnostique le déficit vestibulaire

  • Vous toussez ? Vous avez le souffle court ? Le Laboratoire des fonctions pulmonaires des HUG dispose de l’équipement de pointe nécessaire à l’exploration complète de la mécanique ventilatoire et des échanges gazeux. Il constitue une étape incontournable pour le
    diagnostic et le suivi des maladies respiratoires.

  • Situé à Confignon, le centre de santé et de balnéothérapie des HUG comprend des bassins chauffés à 34°C, un fitness et un espace détente. Une large palette de massages et de soins esthétiques, ainsi que des cours d’aquagym et de yoga sont également proposés.

  • Pas d’incision, pas d’irradiation, pas d’hospitalisation et moins d’effets secondaires : les ultrasons à haute intensité constituent une amélioration dans le traitement du cancer localisé de la prostate. La tumeur est détruite. La partie saine est préservée.

  • Confort maximal et sécurité optimisée pour les patients de gériatrie grâce au nouveau plateau de radiologie ouvert en octobre 2014 à l’Hôpital des Trois-Chêne. Ces installations de dernière génération bénéficient également aux patients ambulatoires des HUG habitant
    dans les communes avoisinantes.

  • Le Lokomat aide les patients atteints d’un déficit neurologique à recouvrer plus vite l’usage des jambes dans la phase initiale de rééducation. Avec le robot du service de neurorééducation, ils font jusqu’à cent fois plus de pas qu’en thérapie conventionnelle.

  • L’unité de médecine et de psychologie du trafic dispose d’un simulateur pour tester les effets de l’alcool, de psychotropes ou encore de médicaments sur la conduite. Le champ de recherche pourrait s’étendre à d’autres domaines comme les répercussions d’une dialyse ou d’une longue journée de travail.

  • Ablation de la vésicule, hernie inguinale, côlon… Toujours plus pratiquée, cette technique chirurgicale conjugue une sécurité maximale avec un temps de récupération minimal. La petite taille des incisions (0,5 à 1 cm) réduit le risque d'infection et optimise le résultat esthétique.

  • Centre de référence suisse pour les épilepsies difficiles à traiter et leur évaluation préchirurgicale, les HUG disposent d’une nouvelle unité, composée de quatre chambres, où sont effectués une batterie d’examens avant une éventuelle intervention.

Pages