Directives anticipées

Mission

Les directives anticipées, qu'est-ce que c'est ?

Une maladie ou un accident peut rendre une personne incapable de dire aux professionnels de la santé qui la prendra en charge comment elle veut être soignée.

Les directives anticipées sont l’expression écrite par avance de la volonté d’une personne sur le type de soins qu’elle souhaite recevoir ou non dans des situations données et au cas où elle ne serait plus en mesure de s’exprimer par elle-même.

Cette démarche est volontaire et non obligatoire.
[Loi genevoise sur la santé K 1 03, art. 47, 48 et 49]

Les directives anticipées seront appliquées lorsque la personne sera en situation de ne pas pouvoir exprimer ses volontés.

Qui peut rédiger ses directives anticipées ?

Toute personne capable de discernement quels que soient son âge et son état de santé.

Quelle assurance la personne peut-elle avoir du respect de ses directives anticipées ?

Le professionnel de la santé doit respecter la volonté que la personne a exprimée dans ses directives anticipées, pour autant que cette dernière se trouve dans une situation qu’elles prévoient. [Loi genevoise sur la santé art. 48, alinéa 1]

Une fois rédigées et signées, est-ce que la personne peut changer d'avis ?

Oui, les directives anticipées peuvent être annulées, complétées ou modifiées en tout temps. Le représentant thérapeutique peut notamment être changé.

Pour actualiser son document, la personne doit mentionner une nouvelle date et le signer à nouveau.

Qu'en est-il dans une situation d'urgence ?

En cas de doute sur l’existence de directives anticipées et en situation d’urgence vitale (par exemple lors d’un accident sur la voie publique), le premier geste des professionnels de la santé sera de préserver la vie.

Dans ces circonstances particulières et face à une personne inconnue, l’équipe soignante n'a pas toujours imédiatement accès aux directives anticipées.

Pour plus d'informations :