Neurochirurgie pédiatrique

Responsable : Dr Benoît Jenny

Chirurgie de l’épilepsie

L’épilepsie affecte entre 0.5 et 1 % de la population mondiale. Elle commence dans l’enfance pour 2/3 des patients. Malgré l’introduction d’un traitement anti-épileptique bien conduit, 1/3 de ces enfants continuent à souffrir de crises d’épilepsie. En Suisse, environ 15'000 enfants souffrent d’épilepsie dont environ 5'000 d’épilepsie pharmaco-résistante. Chez l’enfant, lorsque l’origine de l’épilepsie est bien identifiée, une intervention neurochirurgicale peut permettre la guérison de l’épilepsie et offrir à l’enfant une nouvelle chance dans la vie.

Tous les enfants épileptiques qui nous sont référés sont pris en charge à l’unité préchirurgicale de l’épilepsie (Prof. Margitta Seeck), pour effectuer un bilan précis de l’origine des crises. Ceci se fait par l’enregistrement vidéo et électroencéphalogramme des crises (vidéo-EEG), complétés par un examen neurologique approfondi, ainsi que des examens radiologiques complémentaires comprenant une IRM, un SPECT (Single Emission Photon Computed Tomography) et PET-scan (Positron Emission Tomography). Ce bilan de phase I doit parfois être complété par un bilan de phase II plus invasif comprenant la mise en place d’électrodes sous-durales ou d’électrodes profondes, ceci pour permettre de mieux localiser le foyer épileptique. Il existe différents types de chirurgie de l’épilepsie : la résection d’une source corticale focale d’épilepsie (dysplasie corticale, tumeur), une lobectomie temporale avec amygdalo-hippocampectomie, une chirurgie de déconnexion (hémisphérotomie, déconnexion temporo-parieto-occipitale).

 

Hydrocéphalie

L’hydrocéphalie chez l’enfant traite des problèmes de résorption du liquide céphalo-rachidien produit par les plexus choroïdes. Selon le type d’hydrocéphalie, le traitement comporte soit la mise en place d’un drain ventriculo-péritonéal avec une valve soit une opération endoscopique appelée ventriculo-cisternostomie du IIIème ventricule.

 

Tumeurs cérébrales de l’enfant

Les tumeurs cérébrales primaires de l’enfant comportent les tumeurs supratentorielles mais surtout infratentorielles, du cervelet. Parfois elles peuvent être bénignes comme l’astrocytome pilocytique. Selon le degré d’agressivité, (grade OMS) elle nécessite une approche pluridisciplinaire (neurochirurgie, oncologie, radio-oncologique)..

 

Chirurgie crânio-faciale (crâniocysnostoses)

La chirurgie crâniofaciale implique essentiellement la correction chirurgicale des crâniocysnostoses (soit la fermeture prématurée des sutures).

  • La scaphocéphalie, la plus fréquente, due à une fermeture de la suture sagittale. Ces enfants présentent un crâne allongé et la correction comporte une résection chirurgicale de la suture sagittale.
  • La plagiocéphalie antérieure, due à une fermeture de la suture coronale, unilatérale ou bilatérale, se corrige par un remodelage de la voute frontale avec avancement fronto-orbitaire.
  • La trigonocéphalie, due à une fermeture prématurée de la suture métopique, se corrige aussi par un remodelage de la voûte frontale avec avancement fronto-orbitaire. La correction chirurgicale des crâniocynostoses complexes se fait en collaboration avec le service de chirurgie plastique et reconstructive (Pr Brigitte Pittet)

     

Spina bifida

La spina bifida est une malformation congénitale liée à un défaut de fermeture du tube neural pendant la vie embryonnaire dont la forme la plus grave est la myéloméningocèle ou lipomyéloménigocèle nécessitant souvent un traitement chirurgical pour soit fermer le tube neural soit libérer la moelle-bas fixée du lipome respectivement.

 

Traumatismes crânio-cérébraux

Les traumatismes crânio-cérébraux sont pris en charge par notre service de neurochirurgie en collaboration avec le service des urgences de pédiatrie et l’unité des soins intensifs de pédiatrie selon la gravité du traumatisme.

 

Traitement de la plagiocéphalie positionnelle

La plagiocépahlie positionnelle est due à la position du nourrisson dans le berceau et à l’appui préférentiel sur l’occiput. C’est un problème purement esthétique qui se corrige soit par des manœuvres de positionnement pour les formes mineures, soit par le port d’un casque pour les formes plus importantes.