Réduction du volume des seins – réduction mammaire

Quelles sont les indications ?
Quels sont les objectifs de la réduction mammaire ?
Quelles sont les variantes de l’intervention ?
Comment se déroulent les consultations avant l’intervention ?
Comment faut-il se préparer à l’intervention ?
Comment se déroule l’intervention ?
Quelles sont les suites opératoires ?
Quels sont les résultats attendus ?
Quelles sont les complications éventuelles ?
L’assurance LAMal prend-elle l’intervention en charge ?

L’hypertrophie mammaire se définit par des seins de volume excessif par rapport à la morphologie de la patiente. Celle-ci peut être associée à une ptose (seins pendants) ou à une asymétrie mammaire.

Elle est parfois à l’origine de douleurs au niveau du dos et/ou de la nuque et peut occasionner de la macération cutanée. Elle peut être la source d’une gêne psychologique, esthétique et fonctionnelle, notamment pour les activités sportives et l’habillement. Les répercussions sur la vie intime sont possibles.

La réduction mammaire est une intervention qui vise à diminuer la taille des seins, corriger la ptose et l’asymétrie si elles sont présentes.

Quelles sont les indications ?

La réduction mammaire est indiquée si la gêne occasionnée dans la vie quotidienne est importante par exemple en cas de douleurs de dos, de difficultés à pratiquer un sport ou à s’habiller, ainsi que pour alléger la silhouette.

Quels sont les objectifs de la réduction mammaire ?

Le but de l’intervention est l’obtention d’un sein de forme esthétiquement équilibrée et de taille compatible avec un confort dans la vie quotidienne, l’hygiène, les activités physiques et l’habillage.

Quelles sont les variantes de l’intervention ?  

L’intervention vise à diminuer le volume mammaire excessif en diminuant l’excès de tissu glandulo-graisseux et l’excès de peau, afin que le sein retrouve une courbe harmonieuse et une taille acceptable. L’aréole a souvent été attirée vers le bas par le poids du sein. Lors de l’intervention, elle est systématiquement repositionnée.   

Comment se déroulent les consultations avant l’intervention ?

1ère consultation : après un entretien, le chirurgien vous examine. Selon vos plaintes, vos demandes et votre état de santé, les différentes possibilités thérapeutiques ainsi que leurs risques/bénéfices vous sont présentés. Pour toutes les patientes âgées de plus de 30 ans, une imagerie du sein (mammographie, ultrason ou résonnance magnétique) est indispensable. Des photos sont prises avec votre accord.

2ème consultation : après un délai de réflexion suffisant pour considérer les choix thérapeutiques, vous êtes revu en consultation. Nous convenons ensemble du plan thérapeutique et répondons à vos éventuelles questions. Selon votre souhait, une demande de prise en charge est effectuée auprès de votre assurance maladie, ou un devis d’estimation des coûts est réalisé.

3ème consultation : après la réponse de l’assurance ou l’acceptation du devis de votre part, nous répondons au cours de cette visite à toutes vos questions, et fixons une date opératoire. Un formulaire d’information vous est remis. En le signant, vous attestez que l’information concernant l’intervention vous a été donnée.

Un formulaire de consentement vous sera remis. Vous le rendrez signé avant l’opération.

Comment faut-il se préparer à l’intervention ?

Si vous êtes fumeur, il est impératif d’arrêter de fumer au moins trois semaines avant l’intervention et jusqu’à un mois après. En effet, le tabagisme augmente les complications opératoires liées à l’anesthésie générale. Il retarde la cicatrisation et augmente le risque de nécrose et d’infection, avec un risque de séquelles esthétiques prolongées

Aucun médicament contenant de l’aspirine ne doit être consommé dans les 10 jours précédant l’intervention. L’arrêt de certains traitements spécifiques, (p.ex. le Sintrom®) est abordé lors de la 3ème consultation. La veille ou le matin de l’opération, des dessins préopératoires sont réalisés sur votre poitrine. Les lignes d’incision sont marquées en mesurant des points de référence spécifiques sur le sein. Ces lignes servent de repères afin de pouvoir anticiper la forme du sein après la chirurgie.

Vous remettez votre formulaire de consentement pour l’intervention signé à l’équipe.

Comment se déroule l’intervention ?

  • Anesthésie : l’intervention s’effectue sous anesthésie générale.
  • Technique opératoire : le sein est incisé selon les dessins préopératoires. Un bloc de tissu contenant de la peau, de la glande et de la graisse est retiré au milieu du sein, et les tissus restants sont regroupés pour redonner forme au sein grâce aux sutures.
  • Il existe deux types principaux de cicatrices pour la réduction mammaire : la cicatrice en « T » inversé et la cicatrice verticale. Le choix entre ces deux techniques se fait en fonction de la morphologie des seins. Dans tous les cas l’opération est associée à une cicatrice autour de l'aréole.

réduction mammaire

  • En fin d’intervention des drains sont mis en place  pour évacuer une éventuelle petite accumulation de sang.
  • Durée : 2h à 2h30 suivant les cas.

Quelles sont les suites opératoires ?

Cette chirurgie nécessite une hospitalisation de trois à quatre jours jusqu’à l’ablation des drains.

Les douleurs sont en général peu importantes et bien contrôlées par des antalgiques classiques. En cas de soulagement insuffisant signalez-le au personnel soignant, afin que le traitement soit adapté et éviter que la douleur ne s’installe. Il faut également s’attendre à des ecchymoses (des bleus) et de l’œdème (gonflement) qui diminuent progressivement en quelques semaines.

Votre chirurgien vous donne des consignes spécifiques pour votre convalescence.

  • Après la sortie, vous devrez porter un soutien-gorge sans armatures pendant au moins 6 semaines jour et nuit.
  • Ne prenez pas de douche pendant 1 semaine ni de bain/baignade pendant 4 semaines.
  • Evitez tout mouvement brutal ou port de charges lourdes pendant la période de cicatrisation. 
  • Reprenez votre activité sportive progressivement à partir de la quatrième semaine après l’intervention.
  • N’exposez pas les cicatrices au soleil durant 1 an.

Il faut prévoir une dizaine de jours de repos au minimum et un arrêt de travail de 2 à 3 semaines selon l’activité professionnelle.

Le premier pansement est réalisé au 2è jour postopératoire. Pendant environ 10 jours, vous êtes régulièrement suivie en consultation postopératoire pour le contrôle de la cicatrisation et les pansements. Ensuite, le rythme des consultations est plus espacé, jusqu’à un an après l’opération.

Quels sont les résultats attendus ?

Le résultat est immédiat, mais l’aspect définitif n’est obtenu qu’une fois l’œdème complètement résorbé au bout de 3 mois environ. Il faut attendre en moyenne une année pour apprécier le résultat final.

Pendant les premiers mois, les cicatrices sont visibles, souvent rosées, voire rouges, mais elles sont cachées par les sous-vêtements. Comme lors de tout processus de cicatrisation, elles peuvent s’épaissir avec le risque d’une évolution hypertrophique (cicatrices surélevées), ce qui nécessitera un traitement spécifique, tel que l’application d’une crème. Si des imperfections persistent (irrégularités de surface, asymétrie),  un traitement chirurgical, par exemple une correction de cicatrice, peut être proposé, mais pas avant six mois.

Avec le temps ou en cas de perte pondérale, un relâchement de peau peut réapparaître, affectant la forme du sein

Quelles sont les complications éventuelles ?

Même si dans l’immense majorité des cas, les interventions se déroulent sans aucun problème, certaines complications peuvent survenir entre autres :

  • Complications précoces : un saignement ou un hématome nécessitant une ré-intervention, ou une infection
  • Complications tardives :
    • un retard de cicatrisation
    • des cicatrices hypertrophiques (surélevées)
    • des résultats esthétiques insatisfaisants, par exemple une asymétrie
    • une  diminution  de la sensibilité au niveau de l’aréole
    • La complication la plus redoutée est la nécrose de la plaque aréolo-mamelonnaire, dont la conséquence est une modification de sa forme et de sa pigmentation. Les séquelles de cette complication, heureusement exceptionnelle, peuvent être atténuées par diverses techniques réalisées à distance de l’intervention, par exemple par le tatouage médical.

L’assurance LAMal prend-elle l’intervention en charge ? 

Dans certains cas, l’intervention est prise en charge par l’assurance. Cependant, une demande préalable et l’obtention de l’accord de l’assurance sont toujours nécessaires et non garanties. En cas de refus de couverture par votre assurance, un devis pourra vous être fourni.