Opération des paupières - Blépharoplastie

Quelles sont les indications ?
Quels sont les objectifs de la blépharoplastie ?
Quelles sont les variantes de l’intervention?
Comment se déroulent les consultations avant l’intervention ?
Comment se préparer à l’intervention ?
Comment se déroule l’intervention ?
Quelles sont les suites opératoires ?
Quels sont les résultats attendus ?
Quelles sont les complications éventuelles ?
L'assurance LAMal prend-elle l’intervention en charge ? 

Les paupières font partie de la région entourant les yeux, dite région péri-orbitaire. Jeunes, elles sont charnues, avec un relief uniforme et  une belle ouverture. Le pli de la paupière supérieure est bien défini. Le vieillissement affecte facilement cette zone fragile : relâchement, exposition solaire, mouvements du visage. La paupière supérieure peut présenter un excès de peau ou être tombante et ne plus s’ouvrir complètement (ptosis). La modification de la répartition de la graisse peut générer des « poches » ou des zones creuses. Finalement, la perte d’élasticité de la paupière inférieure expose parfois le blanc de l’œil notamment dans sa partie inférieure.

Quelles sont les indications ?

La blépharoplastie est indiquée pour retirer un excédent de peau situé au niveau de la paupière supérieure ou inférieure, ou pour corriger l’aspect de « poches ». On recourt à cette intervention pour retendre une paupière inférieure relâchée et corriger des plis trop marqués entre la paupière inférieure et la joue. La blépharoplastie peut également améliorer une apparence triste ou fatiguée, due à l’affaissement de la peau entourant la paupière  

Quels sont les objectifs de la blépharoplastie ?

Le but de la chirurgie est d’améliorer l’esthétique de la région autour de l’œil, en supprimant les excès de peau et en redistribuant les volumes de manière harmonieuse.  

Quelles sont les variantes de l’intervention ?

La blépharoplastie permet de donner un aspect plus jeune aux paupières et à la région péri-orbitaire dans son ensemble.

Cette intervention peut inclure des gestes spécifiques suivant les cas :

  • Un geste appelé « canthopexie » est réalisé si la paupière inférieure doit être relevée et mieux tendue.
  • En cas de plis profonds de la paupière inférieure, la position des tissus graisseux de la région est ajustée.
  • En cas de chute de la paupière supérieure due au vieillissement du muscle qui permet de la relever (ptosis), un geste spécifique (la cure de ptosis) peut être associé dans le même temps opératoire.
  • Enfin, du volume peut être apporté à la région autour de l’œil grâce au lipofilling qui consiste à prélever de la graisse sur vous-même et en l’injectant localement.  

A noter que la blépharoplastie peut s’intégrer dans un plan global de rajeunissement facial incluant par exemple aussi un lifting du visage.

 Comment se déroulent les consultations avant l’intervention ?

1ère consultation : lors de ce premier entretien, le chirurgien prend connaissance de votre état de santé et de vos éventuelles plaintes oculaires. Il vous examine en analysant les différentes composantes de l’esthétique de votre région péri-orbitaire. Il tient compte de vos demandes spécifiques et de vos souhaits. Des options adaptées à votre morphologie vous sont alors proposées. Une consultation en ophtalmologie est également organisée afin d’effectuer un bilan. Outre le diagnostic éventuel de problèmes oculaires méconnus, cette évaluation permet d’anticiper de potentiels problèmes oculaires secondaires à la blépharoplastie (par exemple des yeux secs) et d’évaluer si la correction de vos paupières est susceptible de donner lieu à une prise en charge par l’assurance

2ème consultation : après un délai de réflexion suffisant pour considérer les choix thérapeutiques, vous êtes revu en consultation.

Suivant le résultat du bilan ophtalmologique, la stratégie chirurgicale est adaptée si nécessaire. Nous convenons ensemble du plan thérapeutique définitif, des renseignements complémentaires et des réponses à vos questions vous sont donnés.  Une demande de prise en charge peut être établie auprès de votre assurance maladie en cas de gêne fonctionnelle relevée par votre ophtalmologue, sinon, un devis d’estimation des coûts est réalisé.

3ème consultation : après la réponse de l’assurance ou l’acceptation du devis de votre part, nous répondons au cours de cette visite à toutes vos questions, et fixons une date opératoire.

Un formulaire d’information vous est remis. En le signant, vous attestez que l’information concernant l’intervention vous a été donnée. 

Un formulaire de consentement vous sera remis. Vous le rendrez signé avant l’opération.

Comment se préparer à l’intervention ?

Si vous êtes fumeur, il est impératif d’arrêter de fumer au moins trois semaines avant l’intervention et jusqu’à un mois après. En effet, le tabagisme augmente fortement les complications opératoires liées à l’anesthésie générale. Il retarde la cicatrisation et augmente le risque de nécrose et d’infection.

Aucun médicament contenant de l’aspirine ne doit être pris dans les 10 jours précédant l’intervention. L’arrêt de certains traitements spécifiques, (p.ex. le Sintrom®) est abordé lors de la 3ème consultation. La veille ou le matin de l’opération, des dessins sont effectués au niveau du visage en vue de l’intervention. Vous remettez votre formulaire de consentement pour l’intervention signé à l’équipe.

Comment se déroule l’intervention ?

Le type d’anesthésie utilisé dépend de l’étendue de la chirurgie. En règle générale, un geste localisé à la paupière supérieure est réalisé sous anesthésie locale. Par contre, lorsque la chirurgie s’étend aussi à la paupière inférieure, une anesthésie générale est préconisée.

Lors d’une chirurgie de la paupière supérieure, l’incision est réalisée dans le pli de la paupière afin de retirer l’excès de peau et de graisse souvent à l’origine des « poches ».

Au niveau de la paupière inférieure, l’incision est effectuée juste sous les cils. Elle permet d’enlever l’excès de peau, de retirer ou redistribuer la graisse et de retendre une paupière inférieure trop lâche.

Votre chirurgien peut choisir d’effectuer plutôt une incision par la face profonde (muqueuse) de la paupière.

Quelles sont les suites opératoires ?

Vous pouvez rentrer à la maison directement après une intervention sous anesthésie locale. En cas d’anesthésie générale, une surveillance de quelques heures est recommandée pour votre sécurité. Dans tous les cas, il vous faut prévoir un(e) accompagnateur (trice) pour le retour au domicile.

Durant les premiers jours suivant l’intervention, un gonflement de la zone opérée apparait. Il est conseillé de dormir avec la tête surélevée, afin de l’atténuer. Des ecchymoses (bleus) se forment autour des paupières. Ces deux manifestations disparaissent petit à petit au fil des premiers jours et des semaines qui suivent. Il ne faut pas vous inquiéter si l’amélioration progresse à un rythme différent pour les deux yeux. L’application de froid durant la première semaine accélère le processus.

Vous pourriez être gêné par une vision trouble, suite à l’application de crème protectrice durant l’intervention et au gonflement local. Elle régresse en quelques jours. Une irritation oculaire est fréquente et est facilement soulagée par l’application de gouttes et la prise des antidouleurs, qui vous sont  prescrits.

Une première consultation a lieu dès le lendemain de l’intervention. Les fils de suture sont retirés lors de la consultation qui a lieu  une semaine plus tard.

Il faut éviter de conduire tant que votre vision n’a pas retrouvé son niveau habituel. Les lunettes peuvent être portées immédiatement après l’intervention, mais il faut attendre l’autorisation de votre chirurgien pour porter vos lentilles de contact. Les efforts brutaux et l’activité physique intensive sont à proscrire pendant deux semaines. L’exposition au soleil doit être limitée durant la première année.

La reprise du travail peut être envisagée dès 5 à 7 jours après l’opération. Elle dépend de votre niveau de confort et du type de profession que vous exercez (p. ex contact avec le public)

Quels sont les résultats attendus ?

Une fois le gonflement et les ecchymoses disparus, les paupières ont un contour bien défini. Les volumes sont répartis de manière harmonieuse avec une transition douce entre la région autour de l’œil et les régions avoisinantes du visage. Le regard est rafraîchi, rajeuni. Les cicatrices déjà positionnées discrètement deviennent de moins en moins perceptibles au fil des 3 à 6 premiers mois. 

Quelles sont les complications éventuelles ?

  • En cours d’intervention, des lésions accidentelles peuvent se produire :
    • Des abrasions cornéennes (égratignures) peuvent être soignées avec de la pommade.
    • Des lésions des muscles mobilisant le globe oculaire peuvent provoquer une vision double. Ceci se résout habituellement avec le temps. Le patient est référé à un ophtalmologue si les symptômes persistent au-delà de 2 mois. Un traitement chirurgical peut s’imposer si le phénomène persiste au-delà de 3 à 6 mois. Une lésion du muscle qui élève la paupière, de l’œdème, ou un hématome, peuvent causer un ptosis (paupière tombante). En cas de persistance au-delà de 6 mois, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour remédier à ce problème si les symptômes sont significatifs.
  • L’asymétrie est la complication la plus fréquente. Si elle est flagrante, elle peut nécessiter une chirurgie mineure de correction.
  • La sécheresse oculaire : si elle persiste, elle nécessite l’administration chronique de gouttes oculaires. Cette sécheresse peut être permanente.
  •  La fermeture incomplète des paupières: il s’agit en général d’un phénomène transitoire. Elle nécessite l’application de gouttes lubrifiantes le jour et d’une pommade la nuit, afin de protéger la cornée.
  • La rétraction de la paupière inférieure: les causes potentielles sont multiples et certains patients y sont prédisposés en raison de leur morphologie ou de certaines maladies. Des traitements précoces sans chirurgie peuvent être appliqués. En cas de persistance, une intervention chirurgicale est nécessaire.
  • Un hématome derrière le globe oculaire est une complication rare, mais aussi  la plus redoutée, car il peut mener à la cécité (rendre aveugle) s’il n’est pas pris en charge rapidement. Heureusement, il se manifeste par des symptômes habituellement clairs et peut être traité ; la perte de vision se produit ainsi dans moins de 1% des cas. Les patients bénéficiant d’une simple excision de peau excédentaire ne sont pas à risque de souffrir de cette complication.
  • L’infection est rare.

L’assurance LAMal prend-elle l’intervention en charge ? 

Dans certaines conditions, le bilan ophtalmologique identifie un problème fonctionnel lié à la plainte esthétique. Il faut alors préalablement solliciter l’accord de l’assurance pour le remboursement de la prestation adéquate. En cas de refus de couverture ou d’indication purement esthétique, la totalité de l’intervention est à la charge du patient.

Dernière mise à jour : 29/01/2019