La liposuccion

Quelles sont les indications ?
Quels sont les objectifs de la liposuccion ?
Quelles sont les variantes de l’intervention ?
Comment se déroulent les consultations avant l’intervention ?
Comment faut-il se préparer à l’intervention ?
Comment se déroule l’intervention ?
Quelles sont les suites opératoires ?
Quels sont les résultats attendus ?
Quelles sont les complications éventuelles ?
L’assurance LAMal prend-elle l’intervention en charge ?

La silhouette est déterminée par le squelette, la musculature, et la répartition de la graisse. Il arrive que cette dernière se localise en excès à certains endroits spécifiques, créant ainsi une silhouette aux lignes disgracieuses.

La liposuccion est susceptible de corriger ce défaut en diminuant de manière localisée une accumulation de graisse sous la peau.

Quelles sont les indications ?

La liposuccion est indiquée chez les patients qui présentent un excès de graisse localisé sous une peau relativement ferme. La «culotte de cheval » et les « poignées d’amour » sont des exemples d’indications courantes. Elle est aussi utilisée en cas d’excès graisseux causés par une maladie ou des médicaments.

Il est important de noter que certains patients ont un ventre rond et volumineux. Ce volume provient en grande partie de la graisse située à l’intérieur du ventre, qui ne peut pas être traitée par la liposuccion.

Par ailleurs, la liposuccion n’est pas un traitement de l’obésité ni de la cellulite. Après cette procédure, l’aspect « peau d’orange » de la cellulite est inchangé ou même parfois aggravé.

Quels sont les objectifs de la liposuccion ?

Son but est de diminuer localement la quantité de graisse sous-cutanée, afin de retrouver une silhouette mieux proportionnée.

Quelles sont les variantes de l’intervention ?

L’intervention est envisageable sur toutes les parties du corps : les membres supérieurs (bras) et inférieurs (cuisses, hanches, exceptionnellement au niveau des jambes), le ventre, le dos et le thorax.

La liposuccion peut être pratiquée seule ou en combinaison avec d’autres techniques chirurgicales.

Elle peut être couplée à d’autres chirurgies comme les interventions de réduction cutanée des bras (brachioplastie), des cuisses (cruroplastie), de l’abdomen (abdomninoplastie), ou les réductions mammaires.  Elle permet d’obtenir un rajeunissement de la région du cou et peut être utilisée pour traiter certaines anomalies de distribution des graisses dues à une maladie ou à des médicaments.

Comment se déroulent les consultations avant l’intervention?

1ère consultation : après un entretien, le chirurgien vous examine. Selon vos plaintes, vos demandes et votre état de santé, les différentes possibilités thérapeutiques ainsi que leurs risques/bénéfices vous sont présentés. Des photos sont prises avec votre accord. En cas de peau laxe ou en excès,  une intervention différente ou complémentaire peut vous être proposée.

2ème consultation : après un délai de réflexion suffisant pour considérer les choix thérapeutiques, vous  êtes revu en consultation. Nous convenons ensemble du plan thérapeutique et répondons à vos éventuelles questions. Selon votre souhait, une demande de prise en charge est effectuée auprès de votre assurance maladie (uniquement en cas de maladie), ou un devis d’estimation des coûts est réalisé.

3ème consultation : après la réponse de l’assurance ou l’acceptation du devis de votre part, nous répondons au cours de cette visite à toutes vos questions et fixons une date opératoire. Un formulaire d’information vous est remis. En le signant, vous attestez que l’information concernant l’intervention vous a été donnée

Un formulaire de consentement vous sera remis. Vous le rendrez signé avant l’opération.

Comment faut-il se préparer à l’intervention ?

Si vous êtes fumeurs, il est impératif d’arrêter de fumer au moins trois semaines avant l’intervention et jusqu’à un mois après. En effet, le tabagisme augmente  les complications opératoires liées à l’anesthésie générale. Il retarde la cicatrisation et augmente le risque de nécrose et d’infection.

Aucun médicament contenant de l’aspirine ne doit être consommé dans les 10 jours précédant l’intervention. L’arrêt de certains traitements spécifiques, (p.ex. le Sintrom®) est abordé lors de la 3ème consultation. La veille ou le matin de l’opération, des dessins sont effectués sur la zone concernée, en vue de l’intervention. Vous remettez votre  formulaire de consentement pour l’intervention signé à l’équipe.

Comment se déroule l’intervention ?

  • Anesthésie : l’intervention peut être effectuée en anesthésie locale ou sous anesthésie générale, selon l’importance de volume graisseux à diminuer.
  • Technique opératoire : au début de l’intervention, on infiltre une solution de liquide dans la zone à traiter pour minimiser le saignement lors de la procédure. De petites incisions (5mm) sont réalisées à proximité de la région ciblée. Par ces incisions, une canule spéciale connectée à un système d’aspiration est insérée. Avec des mouvements de va-et-vient, les tissus sont sculptés au fur et à mesure que la graisse est aspirée par le système. Les incisions d’accès peuvent être suturées ou laissées ouvertes et simplement couvertes des pansements.
  • Un vêtement compressif est mis en place immédiatement après les pansements.
  • Durée de l’intervention : entre 1h et 3h suivant les cas.

Quelles sont les suites opératoires ?

Dans la majorité des cas, en cas de liposuccion modérée, il est possible de rentrer à la maison le jour même après un délai de surveillance. Vous devez alors prévoir d’être accompagné. Si le volume de liposuccion est plus important, vous restez hospitalisé pour une durée de 24 heures, ou davantage si une autre chirurgie a été pratiquée en même temps.

Il faut s’attendre à des ecchymoses (des bleus), de l’œdème (gonflement) et des irrégularités de contour qui diminuent progressivement en quelques semaines. Le vêtement compressif spécifique que vous porterez durant 6 semaines contribue à limiter ces phénomènes dès la période postopératoire immédiate. La douleur est contrôlée par des antalgiques classiques. En cas de soulagement insuffisant, signalez-le au personnel soignant, afin que le traitement soit adapté et éviter que la douleur ne s’installe.

Il faut prévoir un arrêt de travail de 7 à 10 jours en fonction de votre profession et de l’ampleur de l’intervention.

L’activité physique doit être modérée durant les deux premières semaines et l’intensité sportive habituelle peut être reprise à partir de la troisième semaine.

De la physiothérapie de drainage lymphatique peut être prescrite dans certains cas pour accélérer la régression du gonflement.

Quels sont les résultats attendus ?

Le résultat définitif est obtenu après 6 mois. Une modification subtile de la silhouette devrait déjà être visible durant les premières semaines. Des irrégularités de contour sont possibles durant cette période.

Les cicatrices sont courtes et deviennent presque totalement invisibles au fil du temps.

Une liposuccion n’empêche pas de prendre du poids, notamment lors d’excès alimentaires ou d’activités physiques insuffisantes. En cas de prise de poids modérée, vous devriez pouvoir conserver le bénéfice esthétique de la zone traitée. Par contre, en cas de prise de poids importante, la région concernée peut à nouveau augmenter de volume.

Quelles sont les complications éventuelles ?

  • Des irrégularités de contour, lorsqu’elles persistent au-delà de 6 mois, sont la complication la plus courante. Si elles sont inacceptables pour vous, une reprise chirurgicale peut être envisagée.
  • Une hyperpigmentation due aux ecchymoses et augmentée par la consommation de fer et l’exposition au soleil.
  • Une accumulation de liquide sous la peau, appelée sérome, se traite avec succès par des ponctions successives du liquide.
  • Une infection, comme pour toutes les interventions chirurgicales, qui  doit être traitée promptement et adéquatement.
  • Des troubles de la sensibilité de la zone traitée : diminution, sensibilité excessive, sensation d’électricité. Dans plupart des cas, ils régressent spontanément.
  • La thrombose veineuse, liée à l’immobilisation, nécessite un traitement rapide.  Par conséquent, un traitement prophylactique vous est prescrit.
  • Quoique rares, les complications les plus redoutées sont les embolies qui peuvent mener à des détresses respiratoires avec une menace vitale et doivent être traitées en urgence à l’hôpital:
    • Embolie graisseuse : de la graisse migre et obstrue la circulation du sang dans les poumons.
    • Embolie pulmonaire : un caillot sanguin formé le plus souvent dans les membres inférieurs (thrombose veineuse) migre et obstrue la circulation dans les poumons.

L’assurance LAMal prend-elle l’intervention en charge ? 

Dans la plupart des cas, la liposuccion relève de la chirurgie esthétique et est à la charge du patient. Toutefois, elle peut bénéficier, dans le cas de certaines maladies,  d’une prise en charge par l’assurance.

Dernière mise à jour : 12/12/2018