Activités médicales

Avec le développement de la chirurgie robotique et de techniques minimalement invasives, l’activité dans les blocs des HUG croît régulièrement depuis 2000 : en 2008, 24'537 opérations chirurgicales (versus 22'023 en 2001) ont été effectuées sans compter les interventions faites au plateau d’endoscopie. Sur les cinq premiers mois de l’année, soit de janvier à mai 2009, la hausse s’est poursuivie d’une manière importante aux urgences (+7,9%) et moins forte dans les autres services (+2,45%).

Partout, le taux d’occupation des blocs augmente, surtout en ORL et en neurochirurgie où il atteint 97%. Le taux d’annulation toutes raisons confondues (y inclus quand le patient ne se présente pas le jour de l’opération) est inférieur à 8%.

Afin d’améliorer la gestion des blocs opératoires, un travail important a été réalisé pour banaliser, dans la mesure du possible, les salles d’opérations et programmer leur utilisation en fonction des besoins.

Plusieurs mesures ont été prises en ce sens :

  • mise en place, pour chaque bloc, d’un trinôme chirurgien-anesthésiste-responsable infirmier qui assure l’adéquation du planning opératoire avec la disponibilité des ressources
  • rédaction d’une charte de fonctionnement basée sur des règles communes
  • création d’indicateurs institutionnels de gestion afin de suivre l’activité et son évolution au plus près
  • réalisation d’une étude médico-économique préalable mettant en évidence l’impact sur l’organisation, les ressources et l’économicité pour justifier les demandes d’augmentation de la mise en disponibilité de salles d’opérations sur la journée.

Une commission des blocs opératoires a également été créée : structure transversale à tous les blocs des HUG, elle se veut un espace de dialogue interprofessionnel au service d’une meilleure efficience du plateau médico-technique.