Recherche en micronutrition

Le service de l'enseignement thérapeutique pour maladies chroniques mène une évaluation micronutritionnelle chez des patients obèses morbides, avant et après une perte pondérale induite par by-pass gastrique, avec ou sans supplémentation micronutritionnelle.

L’intervention de by-pass gastrique consiste en une procédure de restriction avec une composante de malabsorption modérée d’oligo-éléments, de vitamines et de minéraux. Cette intervention peut induire des carences nutritionnelles et des morbidités qu’il faut prévenir. Des études montrent des déficits nutritionnels survenant surtout après plusieurs types d’opérations malabsorptives et restrictives. On note principalement une diminution en vitamines B12, en fer, en calcium et en vitamine D. Un tiers des patients présente une anémie; d’autres déficiences en micronutriments apparaissent également, telles que : vitamine B1, folates et vitamines liposolubles (A, D, E, K). Les patients obèses ont non seulement des carences, mais une perte pondérale rapide après un by-pass gastrique peut aggraver ces carences qui devraient être corrigées individuellement.
 
L’opération de bypass gastrique peut engendrer des modifications de la flore intestinale et avoir des conséquences sur les facteurs inflammatoires ainsi que sur l’immunité. La prise de probiotiques, suite à cette intervention, peut améliorer ces facteurs. De plus, de récentes recherches ont mis en évidence la capacité de certaines flores intestinales à brûler plus facilement les calories ingérées.

Dans le cadre de ce projet de recherche, le service analyse des échantillons de selles en pré-opératoire, à 6 mois et à 1 an post-opératoire pour noter l’évolution des bactéries qui constituent la flore de ces patients. Le but de cette étude est d’évaluer l’état micronutritionnel chez 90 patients avant l’intervention et après, respectivement à 6 mois et 12 mois post-opératoire à l’aide de questionnaires cliniques et de bilans biologiques. Les déficiences en micronutriments seront corrigées à l’aide de compléments alimentaires à prendre par voie orale chez la moitié d’entre eux de manière randomisée.
 
L'hypothèse de travail consiste à penser qu’une complémentation adaptée aux besoins du patient obèse aurait des effets bénéfiques sur sa qualité de vie, sur la perte de poids et bien entendu sur les carences éventuelles.