Recherche

Au cours de ces 30 dernières années, le service de l'enseignement thérapeutique pour maladies chroniques a développé une approche psycho-pédagogique humaniste et innovante, destinée aux patients souffrant de maladies chroniques. Cette approche a permis d’améliorer leur qualité de vie et de diminuer leurs complications de 80 %.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu cette approche devenue depuis lors "éducation thérapeutique" et a nommé le service, centre collaborateur de l'OMS depuis 1983.

Soutiens et collaborations

Les Hôpitaux universitaires de Genève soutiennent largement l'équipe interdisciplinaire de cliniciens du service. Par ailleurs, la Faculté de médecine de Genève permet le déroulement d'un programme de formation continue en éducation thérapeutique sanctionnée par un diplôme universitaire. Les recherches métaboliques, hormonales, psychologiques, pédagogiques et en art-thérapie sont soutenues par plusieurs fonds nationaux, européens et fondations privées.

Les nombreuses collaborations internationales développées par le service permettent aux équipes d’intégrer toutes les axes de recherche et de les adapter directement chez les patients obèses, diabétiques et souffrant parfois de troubles du comportement alimentaire.

 

Domaines de recherche

Le service permet d'intégrer toutes les facettes des recherches fondamentales, cliniques et psycho-pédagogiques. Elles sont appliquées directement chez les patients afin d'améliorer leur qualité de vie et l'observance thérapeutique, et de réduire leurs complications. En ce sens, le service propose une recherche multidisciplinaire novatrice et unique par sa diversité et par son application clinique.
 
Les équipes travaillent dans le domaine de la recherche en diabétologie et obésité depuis plus de 25 ans pour mieux comprendre aujourd’hui les mécanismes de résistance à la perte de poids. Les recherches menées dans le domaine du métabolisme ont ainsi permis de découvrir que nous ne sommes pas « égaux face à la calorie », en raison d’une économie d’énergie, d’un défaut de la régulation du système nerveux autonome et d’une résistance à l’insuline. Cette résistance à la perte de poids est aussi étudiée pour améliorer les changements de comportement dans le domaine de la psychologie, la pédagogie et même en art-thérapie. La motivation au changement de comportement est une difficulté majeure en clinique et les recherches menées par le service permettent là-aussi d’innover dans de nouvelles approches psycho-pédagogiques.

Un autre aspect de la recherche est le pied diabétique, notamment avec la collaboration de l'EPFL Lausanne. 

Les programmes de recherche du service comprennent les axes suivants:

Ces différents travaux ont donné lieu à de nombreuses publications.