Comment s'y prendre ?

Comment établir ses directives anticipées ?

  • La personne qui souhaite rédiger ses directives anticipées s’interroge sur ce qui lui tient à cœur, sur ce qu’elle veut ou ne veut pas en matière de soins.
  • Elle s’exprime clairement et évite des termes vagues comme « acharnement thérapeutique », « mourir dans la dignité », etc.
  • Si elle en éprouve le besoin, elle peut en parler à : un futur représentant thérapeutique, un proche, son médecin traitant, un professionnel de la santé à l'hôpital comme à domicile, un membre d'association de patients.
  • Elle rédige ses directives anticipées de façon manuscrite ou dactylographiées, sur une feuille de papier en commençant par exemple comme suit : « Le jour où je ne pourrai plus prendre une décision moi-même, je soussigné(e), Madame / Monsieur (…), né(e) le (…19…), demande après mûre réflexion et en pleine possession de mes facultés que soient respectées les dispositions suivantes : (…)».
  • Elle désigne par avance, si possible, un représentant thérapeutique.
  • Elle date et signe de sa main le document.
  • Elle mentionne où est déposé l’original, le nombre de copies et à qui elles ont été distribuées.

Qui peut apporter une aide à la rédaction ?

Le représentant thérapeutique, le médecin traitant, un professionnel de la santé à domicile comme à l’hôpital, un membre d’une association de patients: tous peuvent aider dans la réflexion de la personne.

Quels sujets aborder ?

En fonction de la situation actuelle et du vécu de la personne, elle peut être amenée à s’interroger et à s’exprimer sur ses valeurs et ses préférences en lien avec les soins. Les directives anticipées doivent être le plus personnalisée possible.

Exemples :

  • L’attente face à la douleur et à ses traitements
  • Le souhait ou le refus de certains traitements et/ou interventions chirurgicales
  • L’alimentation et l’hydratation artificielles
  • Les mesures de réanimation
  • Les personnes auxquelles communiquer des informations médicales
  • L’accompagnement spirituel souhaité
  • La désignation d'un représentant thérapeutique

Ce que les directives anticipées ne permettent pas

  • Prétendre à des traitements non reconnus ou non prodigués dans un établissement donné
  • Choisir un établissement public particulier, dans le cas d’une éventuelle hospitalisation
  • Exiger de rester à domicile en toutes circonstances
  • Demander l’assistance au suicide [Code pénal, art.115]
  • Réclamer l’euthanasie [Code pénal, art.114]
  • Disposer de ses biens