transplantation

Les cheveux

La perte partielle ou totale des cheveux (alopécie*) est un effet secondaire très fréquent de la chimiothérapie. Dans certains cas, les cils, les sourcils, les poils pubiens, des aisselles, des bras et des jambes tombent également.

La perte des cheveux varie d’une personne à l’autre. Elle génère souvent de l’anxiété.

Les mains

Les mains sont le vecteur principal de la contamination. Pour vous, le lavage des mains – avant de manger, après être allé aux toilettes, etc. – est encore plus important. Il doit devenir une habitude et être pratiqué plus souvent qu’avant la transplantation. En particulier après des activités salissantes présentant un risque de contamination (toilettes, sorties, etc.).

Les animaux domestiques

La plupart des animaux de compagnie, gardés à la maison, ne représentent pas un danger pour vous. Mais il est impératif de vous laver les mains après un contact avec votre animal ou sa nourriture.

ATTENTION
Lézards, serpents, iguanes, tortues, animaux exotiques, souris, rats sont interdits.

Voici quelques précautions à respecter.

Les plantes

Les plantes vertes et la terre en pot contiennent de nombreuses bactéries, champignons, vers, etc. Vous pouvez les conserver, mais évitez tout contact avec les plantes et la terre: creuser, rempoter, transporter les pots, etc.

Demandez à une tierce personne de s’occuper de vos plantes pendant au moins six mois après votre retour, voire plus en cas de GVH. Et si possible, regroupez toutes les plantes dans la pièce où vous passez le moins de temps.

Les travaux

Les travaux à votre domicile sont à éviter absolument. Ils génèrent une grande quantité de poussière et la possible diffusion de spores de champignons.

Si nécessaire, ils doivent être effectués avant votre retour à domicile.

Il est déconseillé de séjourner dans votre domicile les jours qui suivent la fin des travaux, et tant que la pièce n’est pas entièrement nettoyée et dépoussiérée.

Aspect psychologique

La sortie de l’unité est une première étape pour laquelle vous vous réjouissez sans doute. Elle exige cependant de nombreuses précautions. Parfois, vous pouvez vous sentir découragé par le chemin qu’il reste à parcourir.

La sortie est souvent un moment de vulnérabilité sur le plan psychologique, car elle fait suite à une hospitalisation éprouvante. Vous pouvez également ressentir une perte de l’élan vital. Si celle-ci perdure, n’hésitez pas à consulter.

La vie de couple et la sexualité

Dès votre retour à domicile, vous pouvez reprendre une vie intime. Si votre partenaire n’est pas malade (fièvre, rhume, etc.), vous pouvez l’embrasser, dormir dans le même lit et avoir des relations sexuelles. Pour éviter toute infection, les rapports doivent être protégés pendant les six premiers mois, y compris les rapports orogénitaux.

Pages