transplantation

L’activité physique

L’activité physique et sportive favorise la réhabilitation et la réadaptation à l’effort. Excellent moyen de se réconcilier avec son propre corps, elle contribue aussi au bien-être psychologique. Elle est un allié précieux pour prévenir, retarder ou améliorer les problèmes ostéo-articulaires, cardiovasculaires, respiratoires, neurologiques et musculo-tendineux.

L’activité régulière, comme la marche (en évitant le soleil), le vélo ou le step à domicile, est un très bon moyen de lutter contre la fatigue. Maintenez-là en alternant avec des périodes de repos.

Que faire si un membre de votre entourage est malade ?

Si votre conjoint ou vos enfants sont malades:

  • évitez de dormir dans le même lit le temps que durent les symptômes
  • portez un masque coque et restez à plus d’un mètre d’eux
  • évitez à tout prix le contact rapproché: pas d’embrassade, pas de bises
  • désinfectez-vous les mains avec une solution alcoolique.

Les enfants infectés âgés de moins de 10 ans sont contagieux pendant deux semaines après la disparition des symptômes.

Un plan de revaccination

Comme pour les nouveau-nés, dont le système immunitaire est faible, un plan de revaccination est établi entre les 3e et 24e mois après la transplantation par un médecin de la consultation.

Ce dernier vous explique son déroulement et vous remet un carnet de revaccination.

Tout vaccin vivant est interdit pendant 12 mois.

+ INFO
Vaccinez-vous contre la grippe pendant la période d’épidémie saisonnière.

Le traitement antirejet

Le traitement antirejet le plus souvent prescrit est le Sandimmun Néoral®. L’équipe soignante utilise aussi le terme de «ciclosporine» pour le désigner.

Ne prenez pas le Sandimmun® le matin de votre visite à la consultation ambulatoire des patients transplantés. Car un dosage sanguin est effectué à cette occasion pour adapter sa posologie. Apportez-le avec vous, afin de le prendre après la prise de sang.

+ INFO
Le pamplemousse ou son jus interagissent avec le Sandimmun®.

La réaction greffon contre hôte

La maladie greffon contre hôte, appelée GVH (ou GVHD - Graft versus Host Disease), survient lorsque les cellules souches saines du greffon (le donneur) attaquent les cellules de l’hôte (le receveur). Cela se produit si les cellules du donneur perçoivent le receveur comme un corps étranger.

Cette réaction ne peut pas être évitée dans tous les cas. En effet, malgré les efforts déployés pour atteindre la meilleure compatibilité possible, il persiste toujours des différences génetiques entre le donneur et le receveur.

Pages