2019

Création d'un secteur "3D" avec technologie EOS et Cone-Beam CT

Création d'un secteur "3D" avec technologie EOS et Cone-Beam CTL’appareil radiologique EOS-Charpak est un système qui permet la radiographie simultanée face et profil des longs axes de l’appareil locomoteur, tels que la colonne vertébrale, les membres inférieurs ou le corps entier. L’examen est réalisé en position de charge et permet donc d’analyser la statique globale, sans artéfacts des matériaux orthopédiques. Par ailleurs, comme il utilise des détecteurs ultra-sensibles, la dose d’irradiation est bien inférieure aux radiographies habituelles.

Le Cone-Beam CT est quant à lui un mini scanner. Cette technologie peut se substituer à la radiographie pour des pathologies très fines, comme une fracture du scaphoïde. Elle réalise des CT pour les extrémités (main-poignet, pied-cheville, coude, genou) permettant des examens radiologiques en coupes (2D) et en reconstruction 3D en position debout et donc également en fonction de charge. Contrairement aux radiographies de projection, cette technologie prend en compte le caractère dynamique qui est plus précis et réaliste pour la démarche thérapeutique en orthopédie. 
système EOS

Depuis juillet 2010, le service de Radiologie pédiatrique bénéficiait déjà d’un système EOS. Fin 2018, un nouveau « Secteur 3D » regroupant ces deux technologies a été déployé dans le service de Radiologie centrale (adulte), afin de répondre en particulier aux fortes demandes en Orthopédie.

 

Imagerie nucléaire ; cyclotron et N13-ammonia

Cyclotron IBA Cyclone 18/9

Les HUG ont remis à niveau en août 2019 leur cyclotron à usage radiopharmaceutique de marque IBA. Ce dispositif sert à fabriquer des atomes radioactifs qui, après synthèse chimique, entrent dans la composition des radio-traceurs injectables. Ils sont utilisés en médecine nucléaire pour l’imagerie diagnostique des patients. 
cyclotron et N13-ammoniaDepuis le printemps 2019, parmi les produits radioactifs fabriqués par l’Unité Cyclotron, nous trouvons le N13-ammonia dont on se sert pour les examens cardiovasculaires et notamment pour l’évaluation de l’apport sanguin vers le myocarde. Il doit être injecté chez le patient quelques minutes seulement après sa fabrication, en raison de sa très courte durée de vie radioactive (demi-vie 10 minutes). Ainsi, pour que les patients bénéficient d’une technologie de pointe et pour obtenir un diagnostic plus précis, les examens au N13-ammonia sont désormais pratiqués sur des imageurs PET-CT au lieu des traditionnelles scintigraphies au Technicium. 
cyclotron et N13-ammoniaDans le cadre de la protection à l’exposition du personnel de Médecine nucléaire qui manipule ces produits, avec environ 1'600 examens par année, l’acquisition d’un automate d’injection spécifique (Lemerpax Posijet) à la préparation des seringues de N13-ammonia est également devenue indispensable pour la limitation de dose cumulée reçue par les manipulateurs.
 

Agrandissement du robot de distribution des médicaments

Agrandissement du robot de distribution des médicamentsInstallé en 2011 à la Pharmacie centrale des HUG, un premier double robot de distribution des médicaments de marque BD est opérationnel depuis cette date. Les principaux avantages de ce dispositif automatisé sont : une meilleure gestion des stocks de médicaments et des dates de péremption ainsi qu’une amélioration de la traçabilité. Pour absorber l’augmentation d’activité de ce mécanisme tout en modernisant les chargeurs automatiques, une troisième ligne de distribution est installée. Avec l’ajout de ce troisième élément et une meilleure performance du nouveau chargeur, le nombre d’articles gérés passera de 50'000 à 70'000 boites. Cela aura comme autre avantage de réduire la charge de travail de l’équipe de distribution. Enfin, ces chargeurs seront équipés d’un lecteur pour scanner le numéro d’identifiant unique à chaque boite de médicament. Cette amélioration permettra aussi de répondre par anticipation à la Directive Européenne (2011/62/EU) sur la sérialisation des boites de médicaments.

 

Equipements du Laboratoire de physiologie respiratoire

Equipements du Laboratoire de physiologie respiratoireDurant l’été 2019, le Laboratoire de physiologie respiratoire du service de pneumologie a bénéficié d’une transformation majeure avec l’augmentation et la modernisation de ses équipements d’explorations fonctionnelles et de ses locaux. Doté d’une équipe technique et médicale spécialisée dans le diagnostic et le suivi des pathologies pulmonaires, ce laboratoire de physiologie respiratoire réalise des tests spécifiques et des bilans complets d’exploration pour les patients hospitalisés ou en ambulatoire. Ces tests peuvent être : examen de la fonction pulmonaire avec/sans diffusion libre du CO, ergospirométrie, mesure de la force des muscles respiratoires, test à la méthacholine, hyperréactivité bronchique à l'effort, test d'effort pneumologique, hyperventilation. 

Depuis 2013, le nombre de patients pris en charge chaque année a progressé d’environ 40%, pour s’établir à un peu plus de 4000 en 2016. Une partie de cette augmentation est due au fait que le Laboratoire réalise de plus en plus d’examens en ambulatoire (environ 75% pour 2016).  Equipements du Laboratoire de physiologie respiratoire

Pour répondre aux besoins actuels et futurs de la population, le plateau technique a été totalement renouvelé et augmenté avec des équipements de dernière génération du fabricant allemand Geratherm. Nous avons ainsi fait l’acquisition de deux nouveaux systèmes de tests d’effort cardio-pulmonaire (CPET) de type Ergostik, trois cabines de pléthysmographes de type Bodystik et d’un système de spirométrie diffusion de type Diffustik. Ces équipements connectés en réseau s’appuient sur une solution logicielle (BlueCherry) qui permet de dématérialiser et d’exploiter au mieux les données produites lors des examens, ainsi que de favoriser le travail des collaborateurs. 

Equipements du Laboratoire de physiologie respiratoireDes travaux d’extension et de rénovation des locaux ont également été menés afin d’apporter plus de confort et d’ergonomie aux utilisateurs et aux patients, en favorisant la lumière du jour et l’espace autour de chaque plateforme de test. Les locaux de test d’effort ont été doublés et disposent de vestiaires individuels pour améliorer le flux de travail et limiter le temps d’attente. Ce projet a également eu pour objectif de faciliter l’accès aux équipements pour des patients présentant un handicap (moteur) ou une obésité et permettre ainsi que les examens se fassent dans des conditions optimales.

 

i-OCT Tomographe en cohérence optique intra opératoire : intégré au microscope de chirurgie ophtalmologique

microscope de chirurgie ophtalmologiqueLa tomographie à cohérence (OCT) est une technologie d'imagerie en coupe qui permet de visualiser les couches des segments antérieurs et postérieurs de l'œil avec une extrême précision. Cette technologie a été introduite en milieu opératoire pour compléter l’imagerie microscopique et ainsi améliorer la précision et la qualité du geste chirurgical.
Le service d’ophtalmologie des HUG est un des premiers sites en Suisse à disposer du système d’OCT intra-opératoire (iOCT) Enfocus de Leica. Ce système se compose d’une unité de visualisation et de traitement d’images couplée à un module d’acquisition qui est  intégré au microscope et fixé en amont de l’objectif. Il permet de mettre en correspondance, en temps réel, l’image OCT avec l’image visualisée dans les oculaires du microscope par le chirurgien. Tomographe 
La version Ultra Deep qui équipe le bloc opératoire d’ophtalmologie servira prin- cipalement aux chirurgies du segment antérieur (greffes de cornées, glaucome, etc.) nécessitant une visualisation du tissu en profondeur plus importante (11.1mm) avec un large champ de vue latéral de 20mm et une résolution axiale de 9µm. Lors des interventions chirurgicales cornéennes lamellaires avancées, telles que les procédures DMEK (kératoplastie endothéliale de membrane de Descemet) et DSEAK (kératoplastie endothéliale automatique par le stripping de Descemet), cela permet au chirurgien de confirmer l'orientation correcte du tissu de donneur, et ainsi d'éviter toute chirurgie de suivi correctrice.

 

Distributeur automatique de vêtements professionnels

Distributeur automatique de vêtements professionnelsEn octobre 2019, les HUG procèdent au remplacement du distributeur automatique de vêtements professionnels dans le bâtiment Opéra.
Tout comme l’ancienne installation de 1995, celles dont disposent les autres sites comme Beau-Séjour, Loëx, Trois Chêne ou Bellerive, et la supervision de distribution basée à la centrale de traitement du linge de Belle-Idée, c’est la marque Metalprogetti qui est partenaire des HUG.

Un remplacement partiel de l’installation fut d’abord envisagé, mais les modifications ne permettaient pas la nette amélioration de cadence que le remplacement intégral nous offre finalement. En effet, le nombre de cases sur les convoyeurs de distribution passe de 7'000 à 10'075, il y a deux portes de plus pour le retour des vêtements sales (5 vs 3) et deux portes de plus pour la distribution (7 vs 5).

Au niveau des locaux, le nouveau système étant plus grand que le précédent, l’utilisation des surfaces a été optimisée sans dégrader les flux de travail et l’ergonomie pour les opérateurs.

Après 1 mois de travaux, le nouveau distributeur est opérationnel. Le travail des collaborateurs du STDL (Service de traitement et distribution du linge) est facilité et leur sécurité garantie. Pour les utilisateurs HUG, le système est équipé d’une meilleure interface graphique et il leur est possible de sélectionner jusqu’à 3 vêtements journaliers et 7 vêtements par semaine.

 

Nouvel accélérateur linéaire de radiothérapie

Nouvel accélérateur linéaire de radiothérapieL'installation d'un nouvel accélérateur de particules pour la prise en charge du cancer par radiothérapie a débuté aux HUG en janvier 2019.
Ce nouveau modèle Truebeam est doté des dernières avancées technologiques en termes de possibilités de traitements. En effet, la formation du faisceau est réalisée par un collimateur haute définition de 120 lames, permettant la réalisation de très petits champs. Avec la fonctionnalité HyperArc, la radiochirurgie crânienne est possible notamment avec le traitement de plusieurs métastases par faisceaux non coplanaires et isocentre unique. La machine est également pourvue d'imagerie embarquée MV et kV afin de vérifier le positionnement du patient.
A ceci s'ajoute une optimisation de la sécurité des traitements, car cet accélérateur linéaire est aussi équipé d'un système de tracking Calypso et un système de monitoring de surface.

Dernière mise à jour : 09/01/2020