Se déplacer autrement

Logo environnement

Comme toute entreprise d’envergure, les HUG génèrent un trafic important. Les transports sont responsables de 21,6% des émissions de gaz à effet de serre produites par l’hôpital. Dans son plan stratégique Vision 20/20, l’institution s’est fixée comme objectif de réduire son impact lié au trafic en augmentant de 20% la part de ses déplacements écomobiles d’ici 2020. Et il ne s’agit pas d’un voeu pieux. Des mesures concrètes ont été mises en place, par le biais d’un plan de mobilité. Son objectif ? Inciter les collaborateurs à délaisser leur voiture personnelle pour leurs déplacements pendulaires et professionnels. 

Pour ce faire, les HUG proposent une aide financière aux collaborateurs qui utilisent régulièrement les transports publics : en 2015, ils ont ainsi subventionné 3’164 abonnements de transports publics et de Park&Bike. La cadence de la navette gratuite reliant les sites de Cluse-Roseraie, Belle-Idée et Trois-Chêne a par ailleurs été augmentée au moment de l’introduction d’un abonnement P+N (Parking + Navette) à Belle-Idée destiné aux collaborateurs travaillant sur le site de Cluse-Roseraie.

Meilleur accès aux transports publics

Parallèlement, des négociations avec les autorités cantonales et les Transports publics genevois (TPG) sont menées afin d’améliorer la desserte des bâtiments hospitaliers. D’ici 2019, cette offre sera complétée par l’arrivée du RER LEMAN Express (CEVA). Un arrêt « Champel-Hôpital » offrira un accès direct au site principal Cluse-Roseraie. Un groupe de travail suit étroitement le chantier afin de s’assurer que ce futur transport répondra aux besoins de l’institution en termes d’horaires et sera accessible aux personnes à mobilité réduite.

En voiture, oui, mais à plusieurs

Les HUG encouragent également le covoiturage et l’autopartage. Les personnes qui s’unissent pour se rendre quotidiennement au travail ont la priorité pour obtenir une place de parking aux HUG. Une mesure fortement incitative, sachant qu’il faut normalement plus de dix ans pour obtenir un droit de stationnement à Cluse-Roseraie. En 2015, 142 équipes de covoiturage regroupant 324 collaborateurs se sont annoncées et ont ainsi obtenu un abonnement de parking au coeur de la cité hospitalière.

Les HUG tentent également d’inciter les employés à utiliser les transports publics pour leurs déplacements professionnels. Lorsque la voiture s’avère indispensable, les salariés sont invités à utiliser l’un des 180 véhicules de la société d’autopartage Mobility CarSharing.
 

71 %

des collaborateurs viennent travailler en moyen de locomotion « propre »

 

La part belle au véloLa part belle au vélo

Bon pour la planète comme pour la santé, les deux-roues font l’objet d’une attention particulière. Une flotte de 27 vélos, dont 14 à assistance électrique, est à la disposition des employés. D’importants efforts ont été déployés pour faciliter le stationnement des cycles aux abords de l’hôpital : plus de 1’500 places existent actuellement à cet effet. Depuis 2010, les vélos en libre service ont été empruntés 5’800 fois. Les employés peuvent également profiter d’un prêt sans intérêt pour acheter leur propre vélo à assistance électrique. Ils sont à ce jour une centaine à avoir bénéficié de cette offre.

Ces efforts commencent à porter leurs fruits. Un sondage mené à l’automne 2015 auprès des collaborateurs a montré que le nombre de ceux qui utilisent un mode de locomotion respectueux de l’environnement pour rejoindre le site de Cluse-Roseraie était passé de 48% en 2002 à 71% en 2015. Quant aux visiteurs, 60% d’entre eux viennent à l’hôpital en utilisant des moyens de transports « propres ».

Dernière mise à jour : 29/01/2019