L’entourage

Les grands-parents sont aussi très affectés. Ils n’aiment pas voir leur enfant souffrir et ressentent souvent du désarroi face à cette situation. La pensée d’un petit enfant qu’ils ne verront pas grandir les chagrine. Ils veulent aider, et ne savent pas toujours comment faire.

Contrairement à un deuil ordinaire, souvent les proches et amis n’osent pas se manifester et contribuent à isoler le couple. Vous pouvez essayer de faire le premier pas, en dépit des efforts que cela vous demande.

Les personnes qui s’occupent des autres enfants doivent être informées de ce qui s’est passé car elles peuvent être des aides précieuses.

Il se peut que des personnes proches veuillent vous donner des conseils tels que «tu ne devrais pas pleurer autant…», «il n’est pas normal que…». Ne leur en veuillez pas: elles pensent bien faire.

C’est votre enfant qui est décédé et personne ne peut savoir combien vous devez pleurer. Chaque personne est unique, chaque deuil aussi.

Vos droits

Selon la loi fédérale sur les allocations pour perte de gain en cas de service et de maternité (LAPG) du 01.07.2005 (Art.23), le droit à l’allocation est accordé lorsque la mère accouche d’un enfant viable ou lorsque la grossesse a duré au moins 23 semaines.

Vous devez :

  • avoir été soumise à l’assurance obligatoire au sens de la loi sur l’AVS pendant les 9 mois qui ont immédiatement précédé la naissance de l’enfant (en cas de naissance avant terme, ce délai se réduit)
  • avoir exercé une activité lucrative pendant au moins cinq mois durant cette période.

Pour tout renseignement, prenez contact avec votre employeur ou la caisse cantonale genevoise de compensation au +41(0)22 718 67 67 ou le SIT au +41(0)22 818 03 00.

Dernière mise à jour : 09/01/2020