Le deuil vécu par les enfants

C’est toute la famille qui est en deuil. Chez les enfants, les questions et les angoisses peuvent ressurgir plus tard puisque la perception de la réalité de la mort varie beaucoup en fonction de l’âge. Ces attitudes peuvent être perçues douloureusement par les parents.

  • Jusqu’à l’âge de 3 ans, la mort n’a aucun sens pour l’enfant, il est encore dans un monde où l’imaginaire a une grande place, la mort n’est pas définitive, elle est réversible pour lui.
     
  • Entre 4 et 6 ans, les états de vie et de mort ne s’opposent pas, ce sont deux états différents. Le mort est toujours présent, il est au ciel, mais il voit et entend ce qui se passe sur terre. L’enfant n’a pas peur de la mort comme l’adulte, il se sent immortel, mais il souffre de la séparation.
     
  • De 7 à 9 ans, l’enfant perçoit mieux la réalité de la mort et l’irréversibilité du phénomène. Elle se traduit par des représentations concrètes: cadavre, cimetière. Il prend conscience du cycle de la vie, de la naissance à la mort. Il est curieux.
     
  • Entre 9 et 13 ans, l’enfant commence à ressentir l’angoisse existentielle. La mort est un malheur, un phénomène irréversible, la disparition définitive de la personne. Il peut se poser des questions sur son existence, le devenir après la mort, le sens de l’existence et de la mort.

On peut être tenté de ne pas parler de la mort vécue à la Maternité pour protéger les autres enfants. Pourtant, il faut en parler car ne pas en parler ou inventer une histoire peut amener l’enfant à imaginer des choses encore pires qui vont nourrir ses peurs et ses angoisses.

Pour en parler à un enfant, il faut utiliser des mots simples et être à l’écoute de ses questions, ses préoccupations.

+ INFO
Une consultation avec un pédopsychiatre peut être utile. Si nécessaire, l’équipe vous organise un rendez-vous.

<< RETOUR A vous qui vivez la perte de votre bébé

Dernière mise à jour : 07/02/2019