L’intervention

Comment se déroule l’intervention ?

Au bloc opératoire, vous êtes allongé sur le ventre. Le médecin réalise un repérage radiologique afin de localiser avec précision le niveau de la hernie discale. Après une incision cutanée de quelques centimètres, le neurochirurgien enlève la hernie et éventuellement une partie du disque.

Il peut être amené à insérer un petit tuyau (drain ou redon) au niveau de l’incision afin de permettre l’écoulement du sang. Ce tuyau n’occasionne aucune douleur et va être retiré généralement après 48 heures.

En général, l’opération dure entre une heure et une heure trente. Elle se déroule sous anesthésie générale.

Quelles sont les complications possibles ?

Les complications suivantes peuvent survenir :

  • des nerfs peuvent, rarement, être lésés (moins de 1% des cas) entraînant une diminution de la force ou de la sensibilité dans les jambes, voire un syndrome de la queue de cheval.
  • dans  3 à 5% des cas, des douleurs, une faiblesse de la jambe ou des fourmillements peuvent persister.
  • dans moins d'1% des cas, la plaie peut s’infecter. Cette complication est traitée efficacement par un antibiotique. Une réintervention peut-être nécessaire. Parfois, l’infection touche le disque intervertébral nécessitant un repos au lit pendant plusieurs semaines ou le port d’un corset.
  • dans 5% des cas, un hématome peut se former sur le site de l’opération. Il se résorbe sans traitement particulier dans 80% des cas. Une réintervention est parfois nécessaire pour évacuer cet hématome.
  • dans 1% des cas, l’enveloppe (sac dural) qui entoure les structures nerveuses peut être touchée. Cette lésion est réparée au cours de l’intervention. Toutefois, un repos au lit pendant 48 heures est recommandé. Une deuxième intervention est dans certains cas indiquée.
  • dans 1 cas sur 1000, une hémorragie peut survenir au cours de l’intervention nécessitant parfois une transfusion sanguine.

+ INFO
La sciatique peut récidiver dans environ 5% à 10% des cas.
Le plus souvent, les mêmes signes que ceux présents avant l’intervention accompagnent cette récidive.
Elle peut survenir immédiatement ou à distance de l’intervention (plusieurs mois).