troubles du sommeil

Pulsations TV Avril 2008 - La fibromyalgie concerne entre 2 et 5 % de la population, le plus souvent des femmes. Cette maladie se caractérise par des douleurs persistantes et diffuses, des troubles du sommeil et une grande fatigue.

Les apnées du sommeil

Les apnées du sommeil s'inscrivent dans un continuum:

Ronflements --> limitations de flux aérien --> hypopnées --> apnées.

Les ronflements

Les ronflements correspondent à des vibrations des tissus mous naso-pharyngiens lors du passage de l'air pendant la respiration. L’air passe difficilement à travers les tissus affaissés et les turbulences font vibrer les structures de la gorge. Les ronflements sont plus importants lorsque la personne est couchée sur le dos, et peuvent être aggravés par la prise d'alcool et la prise de poids. 

Le syndrome des jambes sans repos

Appelé aussi le syndrome d'impatience des membres inférieurs, le syndrome des jambes sans repos est plus fréquent que l'on croit.

Des sensations désagréables (dysesthésies) des membres inférieurs (parfois des membres supérieurs aussi) de fréquence variable, qui apparaissent le plus souvent le soir et au repos, obligent le patient à bouger pour calmer ces sensations. Parfois, seule la sensation impérieuse de bouger les jambes est présente, sans aucune sensation désagréable.

Les parasomnies

Des phénomènes divers et variés peuvent apparaître au cours d'un stade particulier du sommeil ou lors de la transition veille-sommeil, tels que le somnambulisme, les terreurs nocturnes, l'éveil confusionnel, la somniloquie, les cauchemars, les troubles du comportement du sommeil paradoxal et la paralysie du sommeil. Ces phénomènes sont des exemples de parasomnies. Certaines sont plus fréquentes dans l'enfance et l'adolescence, d'autres à l'âge adulte.

Une fois le diagnostic posé et le type de parasomnie identifié, un traitement adéquat est mis en place.

Le test du maintien de l'éveil

Le test de maintien de l’éveil mesure la capacité à rester éveillé dans des conditions propices à l'endormissement (fauteuil confortable, pénombre, silence). Il permet de mesurer le degré de somnolence diurne en fonction de la difficulté à se maintenir éveillé.

Ce test est répété 5 fois dans la journée, toutes les 2 heures. Le premier est effectué environ 2 heures après le réveil.

Le test de maintien de l’éveil est réalisé après l'enregistrement d'au moins une nuit au centre.

Le test itératif de latence d'endormissement

Le test itératif de latence d'endormissement sert à mesurer la tendance à s'endormir dans la journée, au lit, dans l'obscurité et le silence. 

Il permet de déterminer si le patient s'endort rapidement en rentrant rapidement dans une phase de sommeil paradoxal (REM). Il est utilisé le plus souvent pour le diagnostic de la narcolepsie avec ou sans cataplexie.

Ce test est répété 5 fois, toutes les 2 heures. Le premier est effectué environ 2 heures après le réveil matinal.

Pages