constipation

La constipation

Les nourrissons allaités sont rarement constipés car le lait maternel est complètement digéré. Si vous allaitez votre nouveau-né et qu’il a des selles seulement une fois par semaine, vérifiez simplement leur aspect: si elles restent molles et qu’il n’a pas mal au ventre, votre bébé n’a pas de problème de constipation.

Le transit

La reprise d’un transit normal peut prendre quelque jours.

Après un accouchement par voie basse, certaines femmes craignent de pousser et retiennent leurs selles. Une constipation peut dès lors s’installer.

Dans tous les cas, veillez à une alimentation équilibrée et riche en fibres. Si besoin, du sirop de figue ou un traitement laxatif peut être prescrit.

Des solutions à vos problèmes

En cas d’odeurs désagréables

  • Réduisez les œufs, le poisson, l’ail, l’oignon, certaines épices, certains fromages, les champignons, asperges et les légumes de la famille des choux.
  • Evitez les excès alimentaires.
  • Favorisez les yogourts, les épinards, la salade verte et le persil qui diminuent les odeurs.
  • Utiliser une poche avec filtre. Maintenez-la propre et changez-la régulièrement.
  • Introduisez dans la poche des gouttes, des comprimés ou de la poudre désodorisante que la stomathérapeute vous conseille.

Comment aider votre enfant ?

En cas de nausées et de vomissements

  • Donnez-lui régulièrement à boire en petites quantités.
  • Pensez au coca ou autres sodas dégazéifiés et bien frais qui permettent une bonne hydratation avec un apport en sucre essentiel pour limiter les nausées.
  • Faites-lui aussi sucer des glaçons.
  • Après un vomissement, demandez-lui de se rincer la bouche et encouragez le à sucer des bonbons sans sucre « pour changer le goût dans la bouche ».

En cas de constipation

    Constipation

    Prévalence

    Très fréquente et sous-estimée.

    Définition

    Fréquence d’émission des selles < 3x/semaine, associée à des difficultés d’exonération, de l’inconfort et/ou des selles dures.

    Les effets indésirables de la morphine

    Le traitement par morphine peut provoquer plusieurs effets indésirables. Des solutions existent pour les prévenir ou les atténuer.

    Constipation

    Les opioïdes entraînent une constipation en diminuant à la fois les contractions du tube digestif et la sécrétion de liquides dans l’intestin. Cet effet indésirable persiste tout au long de la prise de morphine. Pour prévenir la constipation, il est nécessaire de prendre régulièrement des laxatifs spécifiques. Ils vous sont prescrits dès le début du traitement et pour toute sa durée.

    Troubles digestifs

    Vos traitements sont susceptibles de perturber votre transit intestinal et de provoquer des diarrhées ou de la constipation. Les diarrhées sont caractérisées par des selles liquides ou une augmentation de leur fréquence (deux à quatre fois plus souvent que d’habitude). Elles peuvent entraîner des problèmes de déshydratation, d’irritation locale et être accompagnées de crampes abdominales.

    Constipation

    La constipation est un terme utilisé le plus souvent pour désigner le ralentissement du transit des intestins (moins de 3 selles par semaine), s’associant à une diminution de la quantité des selles émises, à une consistance plutôt dure, et à une difficulté à l’expulsion.

    Quelques conseils pour réduire la constipation:

    Français

    Pages