cellules souches hématopoïétiques

Aspect psychologique

La sortie de l’unité est une première étape pour laquelle vous vous réjouissez sans doute. Elle exige cependant de nombreuses précautions. Parfois, vous pouvez vous sentir découragé par le chemin qu’il reste à parcourir.

La sortie est souvent un moment de vulnérabilité sur le plan psychologique, car elle fait suite à une hospitalisation éprouvante. Vous pouvez également ressentir une perte de l’élan vital. Si celle-ci perdure, n’hésitez pas à consulter.

La vie de couple et la sexualité

Dès votre retour à domicile, vous pouvez reprendre une vie intime. Si votre partenaire n’est pas malade (fièvre, rhume, etc.), vous pouvez l’embrasser, dormir dans le même lit et avoir des relations sexuelles. Pour éviter toute infection, les rapports doivent être protégés pendant les six premiers mois, y compris les rapports orogénitaux.

L’activité physique

L’activité physique et sportive favorise la réhabilitation et la réadaptation à l’effort. Excellent moyen de se réconcilier avec son propre corps, elle contribue aussi au bien-être psychologique. Elle est un allié précieux pour prévenir, retarder ou améliorer les problèmes ostéo-articulaires, cardiovasculaires, respiratoires, neurologiques et musculo-tendineux.

L’activité régulière, comme la marche (en évitant le soleil), le vélo ou le step à domicile, est un très bon moyen de lutter contre la fatigue. Maintenez-là en alternant avec des périodes de repos.

Que faire si un membre de votre entourage est malade ?

Si votre conjoint ou vos enfants sont malades:

  • évitez de dormir dans le même lit le temps que durent les symptômes
  • portez un masque coque et restez à plus d’un mètre d’eux
  • évitez à tout prix le contact rapproché: pas d’embrassade, pas de bises
  • désinfectez-vous les mains avec une solution alcoolique.

Les enfants infectés âgés de moins de 10 ans sont contagieux pendant deux semaines après la disparition des symptômes.

Un plan de revaccination

Comme pour les nouveau-nés, dont le système immunitaire est faible, un plan de revaccination est établi entre les 3e et 24e mois après la transplantation par un médecin de la consultation.

Ce dernier vous explique son déroulement et vous remet un carnet de revaccination.

Tout vaccin vivant est interdit pendant 12 mois.

+ INFO
Vaccinez-vous contre la grippe pendant la période d’épidémie saisonnière.

Pages