Les apnées du sommeil

Les apnées du sommeil s'inscrivent dans un continuum:

Ronflements --> limitations de flux aérien --> hypopnées --> apnées.

Les ronflements

Les ronflements correspondent à des vibrations des tissus mous naso-pharyngiens lors du passage de l'air pendant la respiration. L’air passe difficilement à travers les tissus affaissés et les turbulences font vibrer les structures de la gorge. Les ronflements sont plus importants lorsque la personne est couchée sur le dos, et peuvent être aggravés par la prise d'alcool et la prise de poids. 

Bien qu’ils soient surtout gênants pour l'entourage, ils ne représentent, lorsqu’ils sont isolés, qu'un trouble banal de la respiration pendant le sommeil.

Toutefois les ronflements peuvent être accompagnés d'un trouble respiratoire important appelés apnées de sommeil.

Les limitations de flux

Si l'espace pharyngien se réduit de plus en plus avec l'affaissement des tissus mous, une limitation de flux peut être observée. Elle correspond surtout à un ralentissement du passage de l'air lors de la phase inspiratoire de la respiration et à une faible diminution du volume de la respiration.

Les apnées et hypopnées obstructives du sommeil

Une diminution de l’amplitude de la respiration (hypopnée) ou l'arrêt de la respiration (apnée) pendant plus de 10 secondes révèlent la présence d'un blocage partiel ou total du passage de l'air dans les voies aériennes supérieures.

Chaque épisode d'apnée ou d’hypopnée est très fréquemment suivi d'une diminution de la saturation en oxygène dans le sang artériel et donc d'une diminution de l'apport d'oxygène aux tissus. La reprise respiratoire s'accompagne de deux phénomènes : le micro éveil cortical (éveil de quelques secondes dont la personne n'est pas consciente) et l'éveil autonomique (stimulation du système sympathique avec accélération de la fréquence cardiaque et diminution de l'amplitude de l'onde de pouls).

Dernière mise à jour : 29/01/2019