Consultation post-allogreffe

Médecin responsable

Anne-Claire MamezDre Anne-Claire Mamez
Anne-Claire.Mamez@hcuge.ch
 

 

La période après une transplantation de cellules souches hématopoïétiques à partir d’un donneur (allogreffe ou transplantation allogénique) est un long chemin. En effet, des contrôles réguliers sont nécessaires pour :

  • Prévenir et/ou traiter d’éventuelles complications précoces ou tardives
  • S’assurer que la maladie du sang qui a été traitée par la transplantation ne récidive pas et qu’aucun cancer secondaire n’apparaît.

 

Activités de la consultation de suivi post-allogreffe 

Les médecins de la consultation ambulatoire post-allogreffe du service d’hématologie des HUG assurent le suivi à vie des patients qui ont été greffés au Centre romand de transplantation allogénique de cellules souches hématopoïétiques des HUG.

Le suivi est multidisciplinaire et comprend les examens et investigations suivantes :

  • Contrôles hématologiques réguliers
  • Investigations diagnostiques telles que des prises de sang, prélèvements microbiologiques, ponctions-biopsies de moelle osseuse, ponctions lombaires, etc.

Quand l’état du patient le nécessite, la consultation peut également initier des traitements spécifiques.

La consultation dispose de lits pour les patients dont l’état de santé nécessite une surveillance dans l’attente d’une éventuelle décision d’hospitalisation ou de retour à domicile.

Afin d’assurer une prise en charge optimale, les médecins de la consultation travaillent en étroite collaboration avec les médecins traitants et les centres hospitaliers régionaux des patients.

 

Fréquence du suivi post-allogreffe

Au cours des deux premiers mois suivant l’allogreffe, les patients sont suivis 2 fois par semaine en alternance aux HUG et à l’hôpital cantonal de leur domicile ou chez le médecin référent du patient.

Pendant les 10 premières années, le suivi s’espace progressivement selon l’évolution de l’état de santé du patient et devient annuel.

Après 10 ans, le suivi est réalisé tous les deux ans.

 

Les complications de la transplantation de cellules souches hématopoïétiques

Lorsqu’il reçoit des cellules souches hématopoïétiques d’une autre personne, le patient reçoit un nouveau système immunitaire, qui joue un rôle actif dans le contrôle et l’élimination des maladies malignes du sang.

Mais ce nouveau système immunitaire a besoin de temps pour s’adapter à son nouvel hôte. Contrairement aux greffes d’organes « solides » (cœur, foie, etc.), la transplantation de cellules souches du sang comporte à la fois un risque de rejet du greffon de la part du receveur (l’hôte), et un risque de rejet réciproque de l’hôte de la part du greffon. On appelle cela la maladie du greffon contre l’hôte (Graft versus Host Disease ou GvHD en anglais).

Toutefois, un état de tolérance entre le greffon transplanté et le receveur finit souvent par s’installer. Cela permet d’arrêter les médicaments anti-rejet chez un grand nombre de patients allogreffés de cellules souches hématopoïétiques, contrairement aux greffes d’organe solide.

 

Infos pratiques

Contacter le Secrétariat de la consultation post-allogreffe
+41 (0)22 372 97 21

Dernière mise à jour : 31/07/2018