Interruption de grossesse

Le service de gynécologie des HUG accueille toutes les femmes et les jeunes filles souhaitant une interruption de grossesse.

Face à une grossesse imprévue ou non désirée, les médecins et les soignants de la consultation vous soutiennent, vous écoutent et vous accompagnent dans votre démarche et votre choix afin que vous puissiez exercer vos droits et vivre l’interruption de grossesse dans les meilleures conditions possibles.

Confidentialité

L’interruption de grossesse est un acte intime et personnel, qui vous concerne essentiellement.

Comme pour tout acte médical, vous avez droit au respect de la confidentialité. Les professionnels de la santé ont l’obligation de respecter le secret professionnel, aussi appelé secret médical.

Contact

Demande de rendez-vous (demandes, annulations, modifications)
Tél. +41 (0)22 372 44 00

Etapes clés

1er contact

Le 1er contact permet d’évaluer ensemble votre situation et de vous apporter écoute, conseil et soutien afin de vous guider dans votre décision, le choix de la méthode et la programmation de l’interruption.

Interruption de grossesse 

L’intervention est réalisée selon la méthode chirurgicale ou médicamenteuse.
Le médecin discute avec vous l’initiation ou l’adaptation d’une contraception.

Contrôle médical obligatoire 

Vous êtes invitée à une consultation de contrôle 2 à 3 semaines (IVG médicamenteuse) ou 4 à 6 semaines (IVG chirurgicale) plus tard.

Cette consultation s’assure du succès de l’intervention, évoque votre vécu et définit ou confirme les choix contraceptifs qui ont été mis en place juste après l’intervention.

Méthodes

IVG chirurgicale

Cette méthode est pratiquée sur une journée. Elle consiste à aspirer le contenu utérin sous anesthésie générale. Elle n’est pratiquée que sur les grossesses de 7 à 12 semaines d’aménorrhée (absence des règles).

IVG médicamenteuse 

Cette méthode consiste à prendre, en présence d’un professionnel de santé, un premier médicament, la Mifégyne®, afin d’arrêter la grossesse. Puis, 36 à 48 heures plus tard, vous êtes hospitalisée une journée pour la prise du deuxième médicament, le Cytotec®. Ce dernier déclenche les contractions et l’expulsion de la grossesse.
Cette méthode peut être pratiquée jusqu’à la 9e semaine d’aménorrhée.

IVG médicamenteuse à domicile

Seules les patientes répondant à des critères spécifiques peuvent utiliser cette méthode. Ces critères sont évalués lors de la première consultation.
La méthode est identique à l’IVG médicamenteuse ci-dessus, à la différence que la prise de Cytotec® se fait à domicile et que seules les interruptions de grossesse inférieures à 9 semaines d’aménorrhée sont concernées.

Lisez l'article « L’IVG, aussi à domicile », Pulsations, mars-avril 2015, page 4.

Conseil – recommandations

Selon les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), jusqu’à 9 semaines d’aménorrhée, la méthode médicamenteuse, considérée comme moins invasive, est préconisée.

Prise en charge financière

Selon les articles 30 de la LAMal et 119 du Code Pénal, les interruptions volontaires de grossesse sont remboursées par l’assurance maladie de base sous déduction de la franchise et de la participation (10% des frais à charge), quelle que soit la méthode choisie.

Dernière mise à jour : 11/10/2018