Groupe de recherche qualitative

Qui sommes-nous ?

Nous sommes un groupe interdépartemental et multidisciplinaire (psychologues, infirmières, pédagogue, anthropologue, médecins, sociologue) de chercheurs, avec des degrés d’expérience divers en recherche et en méthodes qualitatives (liste des membres actuels).
Nous nous réunissons 8 à 10 fois par année, le mardi de 12h30-13h45, pour discuter des projets de recherche qualitative désireux de recevoir un soutien et une critique méthodologique.

Si vous êtes intéressé à présenter un projet et à recevoir un feedback du groupe, contactez patricia.hudelson@hcuge.ch (le projet doit être élaboré par un membre du personnel HUG ou de la Faculté de Médecine).

Qu’est-ce que la recherche qualitative ?

Il existe un débat permanent quant à ce qui constitue la recherche qualitative et ce qui la différencie de la recherche quantitative. Certains parlent de «recherche qualitative» par opposition à la «recherche quantitative». D'autres choisissent ce terme pour se référer à une palette de méthodes (entretiens semi-structurés, «focus groups», observations semi-structurées) appropriées pour répondre à des types particuliers de questions pouvant se poser dans le cadre de recherches sociales, et par conséquent pouvant être intégrées à la recherche quantitative.

Toutefois, tout le monde s'accorde à dire que la recherche qualitative se caractérise par :

  • une tentative de voir les événements, actions, normes, valeurs, etc. du point de vue des personnes étudiées ;
  • un accent mis sur le contexte et les manières dont les caractéristiques d'une situation ou contexte spécifique influencent le phénomène étudié;
  • une stratégie flexible et itérative. Une telle démarche permet de révéler des thèmes dont l'importance était inattendue et qui seraient peut-être restés dans l'ombre si les chercheurs s'étaient limités à une liste de questions préétablie ou à des méthodes de collecte des données prédéterminées 

Pour en savoir plus :

  • Hudelson P., La recherche qualitative en médecine de premier recours. Médecine et Hygiène 2004 ; 62 : 1818-24 
  • Pope C, Mays N., Reaching the parts other methods cannot reach: an introduction to qualitative methods in health and health services research. BMJ. 1995 Jul 1;311(6996):42-5 (article)

 

Membre actuels du groupe

  • Christine Cedraschi, docteur en psychologie, Service de médecine interne de réhabilitation et Service de pharmacologie et toxicologie cliniques, Centre multidisciplinaire de la douleur. 
    Intérêts: représentations de la santé et de la maladie dans l'approche de la douleur chronique; rôle de la congruence des points de vue et des objectifs dans la relation thérapeutique; représentations des médicaments et adhérence thérapeutique.
  • Monique Chambouleyron, médecin pneumologue, cheffe de clinique au l'unité d’enseignement thérapeutique. Coordinatrice médicale du diplôme (DIFEP) et du certificat (CEFEP) de formation continue en ETP – Université de Genève. 
    Intérêts : Compréhension des réalités et questionnements auxquels sont confrontés les personnes au travers de cette condition de vie particulière qu’est la maladie chronique ; Transformation des identités professionnelles des soignants au travers de la formation en éducation thérapeutique des patients
  • Delphine Courvoisier, docteure en psychologie, maître-assistante, Service d'épidémiologie clinique. 
    Intérêts: développement de questionnaire; regrets éprouvés suite à des décisions ou gestes médicaux; qualité de vie.
  • Stéphane Cullati, sociologue, Service d’épidémiologie clinique et Service qualité des soins, Direction médicale. 
    Intérêts : medical decision making (regrets), culture de la sécurité, prévention des erreurs de site opératoire, safety and security of Telemedicine, parcours de vie et santé, déterminants sociaux de la santé, méthodologie.
  • Melissa Dominicé Dao, interniste, cheffe de clinique, Service de médecine de premier recours et Consultation transculturelle, Département de médecine de premier recours. 
    Intérêts : aspects transculturels de la médecine, communication entre soignant et patient, récit du patient.
  • Sébastien Frédéric Empeyta, M. Sc. de l’éducation, chargé de recherche et qualité des soins, direction des soins - DSC. 
    Intérêts : recherche intervention : communication de groupes pluri-professionnels et systèmes d’information, management de la connaissance, psycholinguistique, approche interactionniste socio-discursive, didactique du langage, analyse du discours et de l’interaction, rapports entre langage-action-travail-formation, épistémologie intégrée, ethnologie de la communication.
  • Monica Escher, médecin adjoint, interniste et pharmacologue clinique. Médecin répondant de l’équipe mobile de soins palliatifs du site Cluse-Roseraie. Master of advanced studies (MAS) en éthique. Affiliation : Service de pharmacologie et toxicologie cliniques, Département de médecine aiguë. 
    Intérêts : vulnérabilité des patients en soins palliatifs, facteurs influençant les prises de décisions médicales et soignantes.
  • Ariel Eytan, médecin adjoint agrégé, Unité de psychiatrie pénitentiaire, Département de psychiatrie. 
    Intérêts: Précarité et santé mentale, psychiatrie culturelle et internationale, psychiatrie pénitentiaire.
  • Marie-Julia Guittier, sage-femme, doctorante en sciences de la vie et de la santé, professeure HES, département de la femme, de l'enfant et de l'adolescent et haute école de la santé. Intérêts : processus décisionnels, vécu des femmes en lien avec le processus de maternité, aspects relationnels médecin/soignant-patient.
  • Patricia Hudelson, docteur en anthropologie médicale, Département de médecine de premier recours. 
    Intérêts : aspects culturels et linguistiques de la santé et des soins ; compétences cliniques transculturelles ; aspects « genre » de la santé et des soins.
  • Samia Hurst, interniste, bioéthicienne, professeure à l’Institut d’éthique biomédicale et consultante du conseil d’éthique clinique des HUG. 
    Intérêts : enjeux éthiques dans la pratique clinique, équité dans les soins, protection des personnes vulnérables.
  • Anne-Chantal Héritier Barras, médecin neurologue FMH, cheffe de clinique, unité d'épileptologie.
    Intérêts: compréhension du vécu personnel et familial du patient avec une maladie neurologique chronique, éducation thérapeutique du patient et de ses proches.
  • Noëlle Junod Perron, interniste, médecin adjoint au service de médecine de premier recours, master en éducation médicale. 
    Intérêts : éducation médicale, communication médecin-patient.
  • Aline Lasserre Moutet, pédagogue (SETMC, Département de médecine de premier recours), responsable du Diplôme de formation continue en Education Thérapeutique du Patient (Faculté de Médecine). 
    Intérêts : impacts psychologique et social de la maladie chronique ; conditions d’engagement de la personne dans ses soins ; identités professionnelles des soignants.

 

Dernière mise à jour : 02/10/2019