Incontinence urinaire

Définition

Les fuites urinaires involontaires chez l'enfant sont prises en charge à partir de l'âge de 5-6 ans. Ces fuites sont considérées comme normales avant cet âge. L'incontinence diurne décrit des fuites urinaires pendant la journée, alors que le terme d'énurésie s'applique aux fuites intermittentes la nuit. L'acquisition de la propreté diurne précède l'acquisition de la propreté nocturne. On parle d'incontinence secondaire lorsque l'enfant à déjà été propre pour une période d'au moins 6 mois.

Fréquence

La proportion des enfants propres la journée varie avec l'âge et le sexe de l'enfant: de 84% chez les filles et 53% chez les garçons à 3 ans, on passe à 96% et 94% respectivement à l'âge de 6 ans. L'énurésie nocturne par contre concerne environ 15% des enfants de plus de 5 ans, ce pourcentage diminuant progressivement avec l'âge pour atteindre 1% à l'âge de 15 ans.

Cause

La grande majorité des enfants consultant pour des troubles mictionnels ne présentent pas d'anomalie anatomique sous-jacente. Pour acquérir la propreté, et de bonnes habitudes mictionnelles (4-7 mictions par jours, sans urgences, en vidant entièrement sa vessie), l'enfant doit atteindre une maturité dans le contrôle du cerveau sur la vessie et de la vessie elle-même permettant:
1) de ressentir adéquatement l'état de remplissage de la vessie
2) qu’elle se remplisse progressivement, sans contractions involontaires de sa musculature
3) qu’elle se vide complètement en relâchant le sphincter lors des mictions.
Un problème à l’un de ces niveaux aboutira à une incontinence diurne. Pour un petit groupe d'enfants, l'incontinence aura pour cause une pathologie bénigne et transitoire (infections urinaires récidivantes, constipation, …) ou une anomalie anatomique qui nécessitera des investigations complémentaires.

Clinique

L’anamnèse racontée par les parents et l’enfant permet à elle-seule d’évoquer le diagnostic : mictions peu fréquentes, urgences, enfant qui se retient « en dansant » en disant qu’il n’a pas besoin,…
Le plus souvent l'examen clinique est normal.

Examens

En fonction de l’anamnèse, on décidera de faire un examen d’urine à la recherche d'une infection ou d’un trouble de la concentration des urines. Une échographie permet de s’assurer de l'anatomie de l'arbre urinaire. Afin de mieux cerner les habitudes mictionnelles de l'enfant, on demandera aux parents de remplir un calendrier avec les horaires et les volumes des mictions sur 48h. Selon ces premiers résultats, d'autres examens peuvent s'avérer nécessaires.

Possibles complications sans traitement

Les enfants chez qui le trouble mictionnel persiste sont tout d'abord affectés du point de vue social. Ils sont également à risque de développer à moyen terme une dysfonction importante de la vessie qui peut affecter la fonction rénale.

Traitement

La première ligne de traitement, tant pour l'incontinence diurne que pour l'énurésie nocturne, est comportementale (habitudes de l'enfant aux toilettes, quantité des boissons, régularité des mictions…) à laquelle on adjoint parfois de la physiothérapie (bio-feedback). Il est parfois nécessaire dans un deuxième temps d'introduire un traitement médicamenteux.

Pronostic

La grande majorité des problèmes d'incontinence ou d'énurésie évoluent avec la croissance de l'enfant vers la guérison complète.

 

< RETOUR

Dernière mise à jour : 02/10/2019