Goitre

Le goitre est une affection de la thyroïde qui se caractérise par une hausse de la taille de la glande thyroïde, légèrement en-dessous de la pomme d’Adam. Parfois d’origine familiale, cette maladie touche plus les femmes que les hommes et sa fréquence augmente avec l’âge. Les habitants des régions montagneuses sont davantage concernés en raison d’une carence en iode dans le sol (élément essentiel des hormones thyroïdiennes). En Suisse, comme dans les autres pays développés, le sel alimentaire enrichi en iode a cependant permis de diminuer le nombre de goitres. A noter que des facteurs congénitaux ou certaines affections peuvent aussi provoquer des goitres.

Outre leur aspect inesthétique, la plupart des goitres sont bénins et n’entravent généralement pas la fonction normale de la thyroïde. L’agrandissement de cette glande peut toutefois mener à une compression des organes voisins et gêner la déglutition (dysphagie), la parole (dysphonie) ou la respiration (dyspnée).

Comment se traite le goitre ?

Le traitement varie selon la cause et la sévérité du goitre. Ce dernier peut rester de taille restreinte, sans influencer la sécrétion des hormones ni créer de compression. Dans ce cas, on propose un suivi endocrinologique régulier comprenant une palpation, une échographie et un bilan sanguin. Le traitement chirurgical  est indiqué  lors de goitres très inesthétiques ou gênants au niveau du cou, entraînant une hyperthyroïdie. L’intervention vise l’ablation complète ou partielle de la glande (thyroïdectomie).

Lorsque le goitre descend le long de la trachée et envahit la poitrine par son volume, on parle de goitre endothoracique (ou plongeant). Un traitement chirurgical est alors proposé, le plus souvent par une incision au niveau du cou (cervicotomie) ou, si besoin, une ouverture du sternum (sternotomie). Le service de chirurgie thoracique et endocrinienne des HUG est le seul en Suisse à associer les compétences des deux spécialités.

Dernière mise à jour : 24/07/2019