Historique Genevois des Soins Palliatifs

A Genève, l’histoire des soins palliatifs se confond avec l’histoire du Centre de Soins Continus (CESCO).

  • Avril 1979 : ouverture dans le cadre des Institutions Universitaires de Gériatrie (IUG) du CESCO sous la responsabilité du Dr REYMOND, proche collaborateur du Pr JUNOD, père de la gériatrie genevoise, et de Mme PANOSETTI, infirmière - chef. Mme PANOSETTI et ses collaborateurs créent une philosophie de soins infirmiers basée sur la prise en compte de l’homme malade dans sa globalité, c’est à dire au niveau bio-psycho-social et spirituel. Le respect des désirs et habitudes du patient, ainsi que l’intégration des familles dans les soins deviennent les bases de la prise en charge.
  • Juillet 1983 : le nouveau médecin chef, le Pr CH RAPIN, intègre alors les soins palliatifs à la médecine gériatrique et le travail en interdisciplinarité. Il développe aussi des activités de réhabilitation.
  • 1984 : le bâtiment s’agrandit, permet d’accueillir 104 patients et d’inaugurer une unité de soins ambulatoires, porte ouverte sur la communauté et soutien pour les soins à domicile.
  • Novembre 1987 : création d’une unité spécifique de soins palliatifs de 13 lits : l’unité 40. Le CESCO est alors officiellement reconnu, par l’OMS, comme centre de référence pour les soins palliatifs.

1993 : restructuration profonde des hôpitaux genevois conduit à la création des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) composés de 2 entités : Hôpital Cantonal (HC) et Belle-Idée (BI), et au lancement de projets de services HUG finalisés en 1997.

Suite à un programme cantonal coordonné de soins palliatifs, répondant aux besoins des patients et des familles, une Association Genevoise de Soins Palliatifs fut créé. De là, est créé une équipe mobile (Soins communautaires) qui permet de traiter à domicile les personnes en fin de vie en collaboration entre le médecin traitant et l’équipe de soins.

  • 1994 : la direction HC met sur pied un groupe de pilotage chargé de définir une politique de soins palliatifs sur le site de l’hôpital cantonal.
  • 1995 : pour répondre aux nouvelles exigences de la LAMAL en matière de « Surveillance et de la qualité des prestations », les 4 départements médicaux de Belle-Idée travaillent sur un dossier qualité dont l’aboutissement est inscrit dans les objectifs 1996.
  • 1996 : Le document « Manuel qualité 1996 » du Département de Gériatrie version-II HUG, révisée le 20.5.97. rend compte de 5 domaines précis : entre  autre « Les personnes en fin de vie et les personnes endeuillées », dont la responsabilité fut confiée à Mme Nicole ZLATIEV-SCOCARD. Chacun des groupes a défini la qualité dans son domaine, a décrit la situation puis, a comparé ses données avec celles d’autres établissements ou issues de la littérature, avant d’émettre des propositions et de retenir des priorités. Dans ce projet, se trouve la donnée suivante : « l’importance de ce thème est soulignée par le taux de mortalité qui représente environ 13% des entrées à HOGER et 33% au CESCO sur une période 1988-1991. Par ailleurs les soins en fin de vie concernent près de 500 personnes malades par année (sans compter les familles) réparties sur les 2 sites ».
  • 1997 : les projets de services sont finalisés et aboutissent en décembre 1997 à la publication de plusieurs projets, dont deux axes transversaux : Soins Palliatifs HUG et Douleur aiguë et chronique HUG. Ces rapports écrits ont été rendus au comité de suivi, composé par le Professeur DAYER, Mr LAUBSCHER et Mr VIELI.
  • 1999 : L’axe transversal Soins palliatifs HUG met en place un réseau de médecine et de SP HUG représenté par un groupe interdisciplinaire transdépartemental, reconnu et appelé « Coordination de médecine et de SP HUG. Ce groupe transversal a pour mission de mettre sur pied une équipe interdisciplinaire, appelée « consultation hospitalière de médecine et de SP », sur chacun des sites géographiques HUG que sont : le Département de Gériatrie, l’Hôpital Cantonal et le Département Médical de Loex. La consultation devra répondre aux besoins de tous les services et interviendra en collaboration avec les équipes soignantes en place, sans se substituer à elles. La consultation sera coordonnée par le groupe transversal pour la formation et l’enseignement de ces équipes, de manière à permettre que les intervenants acquièrent un niveau de compétence similaire.
  • Le programme cantonal genevois de développement des soins palliatifs  permet la création de l’unité de soins palliatifs communautaires des HUG , qui remplace l’équipe mobile dissoute en 2007 et deviendra en 2015 l’unité de gériatrie et de soins palliatifs communautaires
  • 2016 : acceptation par la direction générale, la direction médicale et des soins du projet de création d’un centre de soins  de support et de soins palliatifs

< RETOUR

Dernière mise à jour : 11/02/2019