C’est grave un traumatisme crânien ?

Explications 

Dr Aron Vunda La plupart des chutes sur la tête sont sans gravité et faciles à prendre en charge, mais il est important de surveiller leur évolution. Explications avec le Dr Aron Vunda, chirurgien pédiatre, médecin adjoint au service d’accueil et d’urgences pédiatriques. 

Je suis tombé sur la tête en faisant du patin à glace, est-ce grave ?
Si tu n’as pas perdu connaissance, si tu n’as pas vomi, que tu te souviens de tout et que tu marches normalement – pas de perte d’équilibre –, ce n’est certainement pas grave, même si tu as mal et que tu pleures. 

Que dois-je faire dans l’immédiat ?
Tu peux soulager la douleur en appliquant du froid sur la bosse ou la zone du choc. Cela calme la douleur et diminue le gonflement. Utilise une poche thermique (cold pack) maintenue au congélateur ou des glaçons dans un petit sachet. Ne mets jamais la glace en contact direct avec la peau à cause du risque de gelures. Protège-la avec un linge ou une serviette. Tu peux aussi prendre du paracétamol* et te reposer. N’oublie pas d’en parler à tes parents s’ils n’étaient pas présents lorsque tu es tombé, parce que des problèmes pourraient survenir plus tard. 

Et ensuite ?
Dès que tu te sens mieux, tu reprends progressivement toutes tes activités. Tu peux lire, dessiner, faire des jeux et regarder de manière raisonnable la télévision. Par contre, évite les sports de contact (football, hockey sur glace) ou dangereux (équitation, skateboard), ainsi que les jeux vidéo pendant trois à cinq jours. Si tu vas au soleil, n’oublie pas de porter des lunettes et une casquette.

Traumatisme crânien

   95%

des traumatismes crâniens admin en 2015 au service d'accueil et d'urgences pédiatrique étaient mineurs.

Définition *
Le paracétamol est un médicament qui diminue la douleur. Son dosage dépend de l’âge et du poids de l’enfant. Il existe sous plusieurs noms de marques déposées (Panadol ®, Dafalgan®, Ben-U-Ron®, etc.). Attention, l’ibuprofène (Algifor®, Brufen®, Irfen®, etc.) et l’Aspirine® sont aussi des antidouleurs, mais il ne faut pas les prendre lors d’un traumatisme crânien parce qu’ils peuvent favoriser ou aggraver un saignement dans le cerveau.

Quand faut-il s’inquiéter ? 
Si, dans les heures ou les jours qui suivent le traumatisme crânien, tu as subitement mal à la tête, tu vomis  de façon répétée, tu marches bizarrement, tu as la tête qui tourne  avec l’impression de tomber ou que tu ne te sens pas bien, trop fatigué, parles-en tout de suite à tes parents et consulte immédiatement  un médecin. De même, si au moment de la chute, tu as perdu connaissance, vomi juste après ou que tu ne te souviens pas de l’accident, il faut consulter. 

Pourquoi ?
Parce que, peut-être, tu as saigné dans ton cerveau et qu’il faudra te surveiller à l’hôpital pendant quelques heures et faire des examens complémentaires. Ce risque de complication tardive demeure toutefois rare. 

Comment puis-je me prémunir d’un traumatisme crânien ?
Tu peux protéger ta tête en portant un casque lorsque tu fais du vélo, du patin, du snowboard ou du ski. Par ailleurs, si tu as un petit frère, tes parents doivent être attentifs lorsqu’il est sur la table à langer ou mange assis sur une chaise haute et placer un portillon devant les escaliers. 

 < RETOUR

Pour en savoir plus 

Scanner parfois nécessaire

Les traumatismes crâniens demeurent un motif fréquent de prise en charge au service d’accueil et d’urgences pédiatriques (SAUP) des HUG. Dans la très grande majorité des cas, ils sont fort heureusement mineurs. Dans les situations plus graves, il faut procéder à un examen clinique neurologique complet. «Il consiste à évaluer l’état de conscience, la réaction des pupilles à la lumière, les réflexes, la sensibilité et le tonus musculaire», explique le Dr Aaron Vunda, médecin adjoint au SAUP. Des examens complémentaires sont parfois nécessaires (bilan sanguin par exemple). 
Ensuite, pour beaucoup de ces enfants, la surveillance de leur état de santé sur 24 heures est une mesure suffisante. « Elle a lieu selon les situations à l’hôpital ou à domicile. Il s’agit de veiller à l’évolution de symptômes comme la somnolence, les vomissements ou les maux de tête », précise l’urgentiste. Pour les cas les plus sévères, un scanner (CT-scan) est réalisé afin de rechercher un oedème, un saignement ou un hématome dans le cerveau ou autour de celui-ci. Ce scanner de la tête inclut parfois aussi le cou. « Dans certaines situations, le neurochirurgien interviendra, dans d’autres, la surveillance est prolongée à l’hôpital, le temps que l’état neurologique s’améliore », relève le Dr Vunda. Et les radiographies pour déceler une fracture du crâne ? Aux HUG, elles ne sont recommandées qu’en présence d’un gros hématome ou d’une grosse bosse chez les enfants de moins d’un an.

Lire +

Allo Docteur : Mon enfant est maladeAllô docteur. Mon enfant est malade ! 
Prs A. Galetto-Lacour
et A. Gervaix
Ed. Médecine et hygiène,
2è édition, 2015

De la petite urgence aux maladies courantes de l'enfant, ce livre répond aux questions des parents et des éducateurs de la petite enfance. Annick Galetto, médecin adjoint, et Alain Gervaix, médecin-chef du service d’accueil et d’urgences pédiatriques des HUG, mettent une nouvelle fois leurs compétences de parents et de médecin au service des personnes en contact avec des enfants. Vous trouverez également des réponses à vos questions sur Internet. monenfantestmalade.ch

 

Le livre et le site sont conseillés par le Centre de documentation en santé qui met en prêt des ouvrages et se situe au CMU (av. de Champel 9) : T. 022 379 50 90,
> www.medecine.unige.ch/cds

< RETOUR

Dernière mise à jour : 02/12/2019