Malformations vasculaires

Les malformations vasculaires (parfois communément appelées « angiomes »), sont des anomalies vasculaires qui peuvent être divisées en deux catégories : d’une part les tumeurs vasculaires bénignes (ex. hémangiome du nourrisson) et d’autre part les malformations vasculaires proprement dites.
Cette deuxième catégorie peut être divisée en malformations à flux lent, plus fréquentes (malformations veineuses, capillaires, lymphatiques ou mixtes) et à flux élevé, plus rares (malformations artério-veineuses). Les malformations vasculaires peuvent également s’inscrire dans le cadre de syndromes complexes (syndrome de Sturge-Weber, syndrome de Cobb, syndrome de Klippel-Trenauney, syndrome de Parkes-Weber, syndrome de Mafucci, syndrome de Protée).

Pour plus d’informations sur les différentes malformations vasculaires répertoriées, consultez le site des maladies orphelines Orphanet.

La présentation clinique dépend de la localisation de la malformation et de son étendue.

L’évaluation du patient présentant une malformation vasculaire se base sur un examen clinique et une échographie doppler afin de préciser le diagnostic. Le plus souvent, cette évaluation est complétée par une imagerie par résonance magnétique (IRM).

Une consultation multidisciplinaire des malformations vasculaires a lieu une fois par mois dans le service d’angiologie et d’hémostase en présence du patient et de représentants de nombreuses spécialités (chirurgie de l’enfant et de l’adolescent, chirurgie plastique et réparatrice, dermatologie, neuroradiologie interventionnelle, psychiatrie, chirurgie de la main, orthopédie et traumatologie pédiatriques ). Le but de cette consultation est de préciser le diagnostic, de répondre aux interrogations du patient et de définir la prise en charge adaptée. En fonction de la situation clinique et du souhait du patient, des interventions par sclérothérapie (injection d’un produit sclérosant au sein de la malformation) ou embolisation (injection dans le vaisseau d’un matériel ou d’une substance qui permet de l’obstruer) peuvent être proposées.

 

< RETOUR

infos maladies rares

Dernière mise à jour : 02/10/2019