Les différentes causes de l’AVC

L’AVC peut avoir différentes causes et nécessite des traitements appropriés :

La maladie des gros vaisseaux

Elle entraîne des rétrécissements des principales artères alimentant le cerveau. Ils sont dus à des plaques de cholestérol pouvant se rompre, former des caillots et migrer vers le cerveau. Les artères le plus souvent touchées sont les carotides ou les vertébrales (au niveau du cou). Plus rarement, les rétrécissements se situent au niveau des vaisseaux qui se trouvent à l’intérieur du cerveau.

Dans la majorité des cas, le traitement repose sur la prise de médicaments qui fluidifient le sang (comme l’aspirine) et agissent contre le cholestérol (les statines). Un suivi par ultrasons vous est proposé. En cas de risque de récidive ou de rétrécissement majeur, une chirurgie ou éventuellement la pose d’un stent (petit cylindre aussi utilisé pour les artères du coeur) peuvent être envisagés.

 

La maladie des petits vaisseaux

Elle induit des obstructions au niveau des tout petits vaisseaux du cerveau. Elles sont responsables de l’AVC, parfois sans que vous vous en rendiez compte, et mises en évidence par l’IRM. Dans tous les cas, le traitement consiste en la prise de médicaments qui fluidifient le sang (comme l’aspirine) et agissent contre le cholestérol (les statines). 

Comme l’hypertension artérielle est souvent en cause dans cette maladie, un traitement anti-hypertenseur vous est parfois également proposé.

La maladie des petits vaisseaux se complique dans certains cas d’une rupture artérielle donnant lieu à une hémorragie cérébrale.

 

L’embolie cardiaque

Elle est souvent responsable d’un AVC et résulte fréquemment d’une fibrillation auriculaire. Cette forme de trouble du rythme cardiaque peut passer inaperçue (pas de symptômes). Un traitement préventif comprenant un médicament anticoagulant est alors prescrit.

 

Les dissections de la carotide ou de l’artère vertébrale

Elles sont aussi une des cause d’AVC, notamment chez le patient jeune. Ce sont des déchirures de la paroi : un hématome se forme dans le vaisseau qui s’obstrue et provoque un AVC. Très souvent, ces dissections se manifestent par des douleurs au niveau de la nuque et précèdent en règle générale la survenue de l’AVC de quelques jours. 

 

Le foramen ovale perméable

Ce petit orifice, qui se situe au niveau de la paroi séparant les deux oreillettes (cavités du coeur), se ferme normalement à la naissance. Toutefois, chez 25% des gens, la fermeture ne se fait pas et est parfois responsable de la survenue d’un AVC chez les patients jeunes. Il apparaît lorsqu’un caillot se forme dans une veine (par exemple thrombose d’une jambe), puis migre vers le cerveau en passant par le foramen ovale. Les facteurs favorisants sont les mêmes que pour les thromboses veineuses (voyage en avion, alitement prolongé, contraception orale, antécédents de thromboses dans la famille).

Dans ce cas, il vous est proposé, après discussion au sein d’une réunion pluridisciplinaire, de fermer ce passage par voie percutanée (cathétérisme cardiaque).

 

Une origine indéterminée

Il arrive qu’aucune cause n’ait pu être identifiée et cela malgré toutes les investigations réalisées. D’autres examens complémentaires sont alors nécessaires.

Une consultation ambulatoire à trois mois pour un suivi vous est proposée dans tous les cas.

 

Dernière mise à jour : 17/10/2018