Historique du service

Le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent a fêté ses 40 ans en 2013. Constitué aujourd’hui de six unités dirigées par des médecins adjoints, il est organisé de manière transverse afin de garantir la continuité des soins.
Retour sur 40 ans d’histoire en quelques dates.

1973

Création du Centre universitaire de psychopathologie du développement par Julian de Ajuriaguerra. Professeur ordinaire de psychiatrie de l’adulte depuis 1959, Julian de Ajuriaguerra joue un rôle fondamental dans la mise en place de la pédopsychiatrie à Genève.
Le centre s’adresse aux très jeunes enfants, dans une perspective intégratrice qui lie la psychiatrie de l’enfant tant avec la neurologie, la neuropsychologie, la psychologie génétique et développementale, les sciences sociales qu’avec la psychanalyse.
Julian de Ajuriaguerra fait aussi venir le Pr René Diatkine de Paris qui intervient comme professeur ad personam.

1978

  • Création de la Guidance infantile, une unité novatrice développée par Bertrand Cramer en collaboration avec Juan Manzano, Francisco Palacio Espasa et Dora Knauer. Pionnier au niveau international du développement de la psychiatrie du nourrisson et des psychothérapies mère-bébés, Bertrand Cramer donne à la pédopsychiatrie un grand rayonnement. Il met tout en œuvre pour créer des liens avec la pédiatrie.
  • Création d’une unité de pédopsychiatrie hospitalière dans le cadre de l’hôpital des enfants. Cette unité, dite Médecine A2 , est fondée par Bertrand Cramer et la Pre Suzanne Suter, cheffe du département de pédiatrie.
  • Création par Bertrand Cramer et Dora Knauer du Jardin d’enfants thérapeutiques (Jeth). Ce centre de jour s’adresse aux jeunes enfants à risque dans leur développement. Il complète les hôpitaux de jour Clairival, créé en 1976 pour accueillir des enfants autistes et psychotiques. Une dernière structure du même style, les Comptines, vient s’y ajouter par la suite.

1985

Bertrand Cramer est nommé professeur ordinaire à l’Université de Genève. Il est le premier professeur ordinaire de pédopsychiatrie nommé à l’Université de Genève.

1996

Le Pr François Ladame développe de manière originale la psychiatrie d’adolescents avec la création de l’unité de crise pour jeune suicidants, ainsi que le Centre d’étude et de prévention du Suicide (CEPS), grâce au soutien de la Fondation Children Action et en partenariat avec les HUG.

1999

  • Le Pr Francisco Palacio Espasa succède au Pr Bertrand Cramer parti en retraite. Il poursuit dans la direction initiée par le Pr Cramer et développe particulièrement la psychothérapie parents-enfants à l’âge précoce.
  • Les unités de psychiatrie de l’adolescent du Pr François Ladame sont associées à l’unité de psychiatrie de l’enfant, pour devenir le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (SPEA)

2002

Création du Salève, une structure hospitalière de soins psychiatriques pour adolescent dont le Pr F. Ladame prendra la responsabilité.

2007

  • Le Pr François Ansermet succède au Pr Francisco Palacio Espasa à la tête du SPEA et réorganise le service en créant une série de nouvelles structures.
  • Création de l’unité de pédopsychiatrie de liaison. Cette unité fonctionne d’une part dans le champ de la clinique périnatale, d’autre part avec les différents services médicaux et chirurgicaux de la pédiatrie.
  • Le SPEA quitte le département hospitalier de psychiatrie pour celui de l’enfant et de l’adolescent, tandis qu’il reste rattaché au département de psychiatrie sur le plan universitaire. Cette position entre deux départements permet au service de se centrer sur l’enfant et l’adolescent dans une perspective médicale multidisciplinaire, tout en maintenant un lien avec la psychiatrie de l’adulte, important par rapport à la période de transition qu’est l’adolescence.

2008

2011

  • Création des lits d’évaluation. En recevant les demandes d’hospitalisation de façon souple et non stigmatisante, ces lits permettent de disposer de cinq jours pour poser une indication spécifique pour ces demandes qui entrent le plus souvent sur le mode de l’urgence.
  • Création de l’hôpital de jour de Médecine A2. Alternative à l’hospitalisation, cette structure permet de dégager les lits tout en offrant une phase transitoire de prise en charge de jour avant un retour à l’ambulatoire.

2012

Création de l’unité ambulatoire péri-hospitalière (UAPH).
Alternative à l’hospitalisation pour certaines situations d’urgence, cette unité permet une transition par rapport à un aval ambulatoire classique. Elle offre également des possibilités de suivis ambulatoires pour des cas issus de la pédiatrie dans une perspective d’une liaison ambulatoire.