Les investigations pour un cancer pulmonaire

Les bonnes pratiques mises en place dans le cadre du programme pour le cancer du poumon prévoient que lorsqu’un patient est référé aux HUG pour une suspicion ou un cancer pulmonaire avéré de quelque stade que ce soit, son dossier clinique soit étudié par une équipe multidisciplinaire d’experts.
La première étape de cette prise en charge spécialisée et adaptée aux besoins du patient consiste soit à définir la stratégie diagnostique optimale, pour les cas ou une suspicion de cancer pulmonaire doit être vérifiée, soit à établir la meilleure stratégie thérapeutique pour les cas parvenant avec un diagnostic déjà établi. Dans les deux situations, des investigations sont fréquemment nécessaires. Ces investigations peuvent inclure :

Imagerie

En première intention, ou en complément au bilan fourni par le patient, on peut recourir à différents examens permettant de voir ou de mieux définir la tumeur et son étendue. Les plus fréquents sont :

  • radiographie du thorax
  • scanner thoracique
  • PET-CT
  • scintigraphie pulmonaire

 

Biopsie pulmonaire

Afin de poser un diagnostic de certitude, il est nécessaire dans la quasi-totalité des cas de prélever un petit échantillon (le plus souvent de la taille de la tête d’une épingle) de la partie malade du poumon identifiée sur l’imagerie. Cette biopsie permet d’exclure ou de confirmer qu’il s’agit d’un cancer pulmonaire et surtout d’en définir le type exact afin d’envisager le traitement le mieux adapté. La biopsie peut être transthoracique, endobronchique ou chirurgicale.

En savoir plus sur la biopsie pulmonaire

 

Médiastinoscopie

Il s’agit d’une intervention chirurgicale réalisée en anesthésie générale par les chirurgiens thoraciques. Elle a pour but de prélever in toto des ganglions repérés comme suspects à l’imagerie du thorax. Elle permet, de même que la bronchoscopie couplée aux ultrasons, non seulement de poser définitivement (ou infirmer) le diagnostic de cancer pulmonaire mais aussi et surtout d’en déterminer le stade (présence /absence de métastases). Réalisée de routine aux HUG, elle nécessite une brève hospitalisation dans le service de chirurgie thoracique.

Bilan fonctionnel pulmonaire

Une fois le diagnostic de cancer pulmonaire retenu, il est nécessaire de choisir rapidement le meilleur traitement. Pour tous les traitements envisagés, il est nécessaire de connaître au préalable l’état fonctionnel des poumons afin de juger de la capacité du poumon à supporter le traitement envisagé. Tout patient pris en charge doit donc disposer d’un relevé récent de ses fonctions pulmonaires. Il s’agit de test non invasifs réalisés au moyen d’appareils et de tuyaux dans lesquels le patient doit souffler, permettant de mesurer tous les volumes d’air entrant et sortant des poumons.

Bilan en vue d’une intervention chirurgicale

Si le traitement envisagé est une chirurgie, on effectuera d’autres tests respiratoires dont un test d’effort et une scintigraphie pulmonaire.

En savoir plus sur le bilan en vue d'une intervention chirurgicale

 

Lors de la visite pré-opératoire par l’anesthésiste, ce dernier jugera de la nécessité de faire d’autres tests, en fonction d’éventuelles autres maladies du patient.
Une attention toute particulière sera portée à la fonction du cœur.