Formation post-graduée

Postes de formation

Postes de formation en pneumologie

Entre 3 et 5 selon les années (selon que l’un des chefs de clinique ne possède pas encore son titre de spécialiste et que les médecins internes ont tous choisis ou non de faire une spécialisation en pneumologie)

Postes pour les médecins non-candidats au titre de spécialiste en pneumologie

Entre 2,5 et 3,5 selon les années

Rapport numérique médecins formateurs / en formation

Entre 5 / 7,5 = 0,7 (année 2003-2004) et 6,5 / 6,0 = 1,1 (année 2006-2007).
Tuteur particulier : le médecin-chef de service et les deux médecins-adjoints se répartissent le tutorat de tous les médecins en formation dans le service.

 

Introduction au poste de travail

L’introduction au poste de travail est faite par les médecins formateurs.
Les médecins en formation reçoivent les différentes procédures appliquées sous la forme d’un « classeur de l’interne en pneumologie».

 

Organisation de la formation post-graduée

Selon son curriculum, le candidat à la formation spécialisée en Pneumologie effectuera une, deux ou même trois années dans le Service selon le programme suivant :

Année de pneumologie ambulatoire

Le médecin, en dehors des périodes de garde, ne s’occupe que de cas de pneumologie ambulatoire dont il effectuera le suivi régulier sur une période d’un an. L’accent est mis sur :

  • La planification d’investigations et le suivi de cas complexes référés à la consultation ambulatoire de pneumologie (asthmes difficiles, pneumopathies interstitielles, hypertensions pulmonaires, nodules/masses à investiguer, toux chronique, pathologies pleurales, etc.)
  • La détection et le traitement des syndromes d’apnées du sommeil
  • La prise en charge de l’insuffisance respiratoire chronique, particulièrement l’oxygénothérapie au long cours et la ventilation assistée à domicile (syndr. obésité-hypoventilation, BPCO hypercapniques, maladies neuro-musculaires, séquelles de tbc, cyphoscoliose, etc.)
  • La prévention (contrôle d’entourage privé et professionnel, chimioprophylaxie) et la prise en charge de la tuberculose (traitements de tbc active, DOT, multi-résistance)

Année de pneumologie intra-hospitalière et de transplantation

Le médecin en formation :

  • Pratique les bronchoscopies pour tous les patients hospitalisés (y compris dans les unités de soins intensifs) et apprend à maîtriser les techniques de cytoponction trans-trachéale ou trans-bronchique, les biopsies trans-bronchiques, etc
  • Pratique les ergo-spirométries, interprète les tests de fonctions pulmonaires, les oxymétries et polygraphies respiratoires
  • Assume le suivi du collectif des patients transplantés pulmonaires depuis le bilan pré-transplantation à la phase post-opératoire tardive (sitôt après le re-transfert du CHUV), le suivi ambulatoire à long terme, les ré-hospitalisations pour complication ou bilan ; ajustement de l’immunosuppression ; organisation et coordination de la prise en charge des problèmes médicaux de ces patients.

Année d’activité comme consultant de pneumologie

Le médecin en formation :

  • Effectue de manière autonome les consultations intra-hospitalières en sélectionnant lui-même les cas qu’il présentera à ses formateurs
  • Supervise la prise en charge des ventilations non-invasives chez les patients hospitalisés
  • Fonctionne comme responsable des patients hospitalisés dans les lits spécialisés de pneumologie
  • Supervise éventuellement la consultation ambulatoire.

Ces différentes activités sont assumées en alternance.

 

Moyens d’apprentissage

Les colloques organisés dans le cadre de la formation continue [lien hypertexte vers la page idoine] représentent des moments privilégiés dans la transmission des connaissances :

  • 1 heure par semaine de présentations cliniques de cas particuliers de pneumologie (en général, 3 cas sont présentés et discutés en 1 heure, souvent avec une courte référence à la littérature médicale) avec participation de pneumologues en cabinet privé et d’un radiologue
  • 1 heure par semaine de présentations cliniques commune avec le service de chirurgie thoracique avec revue des indications opératoires, en présence d’un radiologue spécialisé en imagerie thoracique, d’un spécialiste en médecine nucléaire et d’un oncologue (en général 6 dossiers sont discutés en une heure)
  • 1 heure par semaine de présentations de dossiers ambulatoires avec revue des résultats d’investigation et élaboration d’une attitude à long terme (en général 3 dossiers de pathologies telles que sarcoïdose, fibrose, HTAP, asthme cortico-résistant, tuberculose multi-résistante, etc.)
  • 1 heure par semaine de colloque thématique présenté par les médecins en formation en pneumologie avec une revue critique de la littérature. En principe, chaque médecin en formation devrait préparer au moins deux présentations de ce type en une année. Ces présentations se font en alternance avec des revues présentées par un des médecins formateurs ou par des orateurs invités.
  • 1 ½ heure par mois de colloque de polysomnographie au cours duquel les résultats du laboratoire du sommeil sont discutés de manière pluridisciplinaire (neurologues, pneumologues, chirurgie maxillo-faciale)
  • 6 à 7 séances / an de lecture de coupes histopathologiques sur des biopsies pulmonaires de la consultation de pneumologie avec un pathologiste spécialisé
  • 3 journées de formation post-graduée extra muros dans le domaine de la pneumologie (Journée scientifique de la Ligue pulmonaire, mini-symposium thématique, congrès de la Société suisse de pneumologie, év. ERS). De plus, tous les médecins du service disposent d’un accès en line à la plupart des journaux médicaux avec possibilité d’impression sur imprimante couleur depuis leur poste de travail. La bibliothèque du service dispose des principaux journaux de pneumologie.

Les médecins en formation pendant plus d’un an dans le service sont fortement incités :

    • à rédiger au moins un article de revue pour un journal d’information médicale
    • à entreprendre un travail de recherche clinique sous la supervision directe d’un formateur.

 

Documentation de l’apprentissage

Pour les actes techniques, les protocoles d’intervention ou d’interprétation (bronchoscopies, ergospirométrie, etc.) servent de documentation et il est de la responsabilité du médecin en formation de conserver des doubles de cette documentation s’il le désire.
Il n’est pas tenu de registre individuel par le service.

 

Evaluation individuelle

  • Etablissement des objectifs lors de la prise de poste travail et confirmation à trois mois
  • Première évaluation orale à 6 mois
  • Evaluation écrite à 1 an au moyen du formulaire de la FMH