Rétine

Rétine médicale
La consultation de rétine médicale est consacrée à toutes les affections rétiniennes et choroïdiennes dont le traitement ne relève pas de la chirurgie. Par exemple:

  • La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)
  • La rétinopathie diabétique
  • Les occlusions vasculaires veineuses et artérielles
  • Les maculopathies
  • Les rétinopathies et maculopathies d’origine génétique

Le dépistage, le diagnostic et le traitement de ces maladies permettent le plus souvent la stabilisation voire l’amélioration du pronostic visuel des patients qui en sont atteints.

Rétine chirurgicale
Une perte totale ou partielle de la vision résulte souvent des maladies de la rétine et implique des mécanismes complexes, parfois incurables.
Cependant, dans de nombreuses formes que développent ces affections, un chirurgien spécialisé en chirurgie vitréo-rétinienne peut intervenir et restaurer la vision complète ou partielle.
Les plus fréquentes des anomalies rétiniennes qui peuvent être traitées avec succès par un chirurgien vitréo-rétinien sont les suivantes:

  • Décollement de la rétine
  • Déchirures rétiniennes
  • Trous maculaires
  • Membranes épirétiniennes
  • Opacités vitréennes et proliférations vitro-rétiniennes

Dans de nombreux cas, les maladies oculaires sont silencieuses (sans douleur ou rougeur de l’œil) et la perte de vision induite peut ne pas être perçue à un stade précoce. Il est donc essentiel que les patients consultent un chirurgien vitréo-rétinien lorsque le champ de vision se réduit, que les objets et les lignes apparaissent déformés, qu’une lumière clignotante ou un voile noir apparaissent. Ces symptômes peuvent résulter d'un problème grave qui peut nécessiter une intervention chirurgicale et conduire à la perte de la vision s’il reste sans traitement.

Uvéites
L’uvéite correspond à une inflammation d’une partie de l’œil appelée uvée (iris, corps ciliaire, choroïde). Les causes des uvéites sont nombreuses et variées, locales (post-chirurgicale, tumorale, traumatique, etc.), locorégionales ou systémiques. Elles peuvent êtres d’origine inflammatoire (HLAB27, Behçet), infectieuse (toxoplasmose, tuberculose), tumorale ou associées à des maladies auto-immunes (Sjogrën, Lupus). Les symptômes les plus fréquents sont une douleur oculaire intense, une rougeur conjonctivale, une photophobie (gêne à la lumière) et une baisse de la vision.
Le bilan clinique, le suivi, et le traitement de tout type d'uvéite nécessitent une connaissance approfondie des maladies purement ophtalmologiques et de la médecine interne.