Les techniques d’imagerie nucléaire

Les principes d'imagerie en médecine nucléaire

Le développement de la médecine nucléaire s'est considérablement accéléré cette dernière décennie: la radiochimie, l'équipement d'imagerie et la recherche clinique ont consolidé de notables avances. Les techniques d'imagerie fonctionnelle neurologique proposées en médecine nucléaire offrent aux cliniciens et aux chercheurs la possibilité d'aller au-delà de la « simple lésion » en mettant en évidence les anomalies fonctionnelles liées aux maladies du cerveau.

Le PET

Le PET (Positron Emission Tomography ou TEP en français) est une technique d'imagerie basée sur l'utilisation de radiopharmaceutiques émetteurs de positons. Majoritairement utilisé, le Fluor-18 lié au Fluordeoxyglucose (FDG) permet d'obtenir une cartographie du métabolisme cérébral. Le PET est plus sensible que le SPECT mais nécessite une infrastructure technique plus importante.

Le PET

Le PET
Hypométabolisme de la partie antérieure du lobe temporal gauche: Coupe axiale (à gauche) et reconstruction en 3D (à droite)

Le SPECT

Le SPECTL'enregistrement SPECT (Single Photon Emission Computed Tomography ou TEMP en français) est une technique permettant d'obtenir des reconstructions d'images tridimensionnelles du débit sanguin cérébral. Les radiopharmaceutiques marqués au Technetium-99m et utilisés spécifiquement pour visualiser le débit sanguin cérébral sont principalement l'Hexaméthyl-Propylène-Amine Oxime (HMPAO) et l'EthylCystéinate Dimer ou bicisate (ECD). Cette technique à l'avantage de pouvoir être effectuée pendant une crise (phase ictale) et au repos d'un point de vue épileptique. La différence entre ces deux examens (SISCOM) est alors calculée.

Image SISCOM montrant une hyperactivité du lobe temporale gauche: coupe axiale

 

< RETOUR