L'intervention

Comment se déroule l’intervention ?

Au bloc opératoire, vous êtes endormi puis le chirurgien réalise un repérage radiologique pour localiser précisément la ou les zones à fixer.

En général, l’opération dure entre deux et six heures selon la technique utilisée et le nombre de vertèbres à fixer. Le neurochirurgien peut être amené à insérer un ou deux petits tuyaux (drains ou redons) afin de permettre l’écoulement du sang au niveau des incisions. Ces tuyaux n’occasionnent aucune douleur et sont retirés après 48 heures maximum.

Quelles sont les complications possibles ?

Les complications suivantes peuvent survenir :

  • Des douleurs, une faiblesse des membres ou des fourmillements peuvent persister durant les premiers temps dans moins de 20% des cas.
  • Le greffon osseux ne fusionne pas correctement avec les vertèbres empêchant la formation de l’interface rigide dans 5% des cas. Une nouvelle intervention peut alors être nécessaire.
  • Une infection de la plaie dans 3 à 5% des cas. Le plus souvent, un traitement local et/ou une antibiothérapie suffisent. Plus rarement, il arrive que l’on doive ré-intervenir pour évacuer un abcès ou retirer le matériel d’ostéosynthèse, c’est-à-dire le matériel (vis, plaques) qui a été utilisé pour fixer les vertèbres.
  • De nouvelles douleurs apparaissent après l’intervention dans 2% des cas. Ces douleurs sont en général transitoires.
  • Une hémorragie nécessitant une transfusion sanguine peut survenir au cours de l’intervention dans 2% des cas.
  • Malgré l’utilisation d’un microscope opératoire pour réaliser des gestes précis, une lésion des nerfs est toujours possible. Elle survient dans 1% des cas. Cette pression ou lésion des dernières racines lombaires peut entraîner une diminution de la force ou de la sensibilité dans les membres inférieurs.
  • Un hématome peut se former sur le site de l’opération dans moins de 1% des cas. Il se résorbe sans traitement particulier dans 80% des cas. Une ré-intervention est exceptionnellement nécessaire.
  • Une lésion des organes abdominaux ou des gros vaisseaux (aorte, veine cave) peut survenir dans moins de 1% des cas.