Information sur Zika

Le virus Zika sévit depuis fin 2015 en Amérique latine, notamment au Brésil. Il fait partie de la famille des Flavirus comme : la Dengue, l'Encéphalite à Tique ou  la Fièvre jaune. Il se transmet par la piqûre de moustique Aedes albopictus. D'autres modes de transmission (salive, spermes, etc.) sont évoqués, mais ils sont probablement très rares.

Quels sont les symptômes ? pour cette maladie, le temps d'incubation est court, moins de 10 jours en général. La maladie peut être asymptomatique et ou faiblement symptomatique et passer inaperçue : petit état fébrile, petites éruptions cutanées, etc.

Les principaux signes cliniques, lorsqu'il y en a, sont : éruptions cutanées (près de 100% des cas) ; conjonctivite (75-80%) ; douleurs articulaires ou musculaires (65% des cas) ; inflammation des ganglions lymphatiques (cas rares).

Quelles sont les conséquences sur la santé ?
On a observé une incidence  augmentée de microcéphalie chez le nouveau-né et également de syndrome de Guillain-Barré (maladie neurologique observée après des infections virales et conduisant à des paralysies).

Au Brésil, le nombre de cas de microcéphalie chez les nouveau-nés a augmenté significativement dans les zones touchées par le virus Zika : 150 cas en 2014, 3'530  environ fin 2015. L'incidence est évaluée entre 0,1 et 16% selon les critères utilisés, ce qui illustre les incertitudes et le manque de données fiables pour l'instant. Mais un lien entre atteintes congénitales et infection par le virus Zika au cours de la grossesse semble être de plus en évident.

En Polynésie française, le nombre de cas de Syndrome de Guillain-Barré (SGB) avait augmenté : 5 cas par an avant l'épidémie de l'ordre de 40 cas par an depuis le début de l'épidémie (2013). Au Brésil, la même observation est faite sans que l'on dispose de chiffre précis. Le Lien causal entre le virus Zika et l'augmentation des cas de SGB doit encore être prouvé.

Quels sont les pays touchés par l'épidémie ?
La situation évolue très rapidement. Le virus Zika est présent (mars 2016) de manière épidémique dans les régions suivantes : Amérique du Sud et centrale, Caraïbes, ainsi que certaines îles du Pacifique ou de l'Atlantique. Plus d'informations sont disponibles sur les sites suivants :

www.safetravel.ch
http://www.cdc.gov/zika/geo/active-countries.html

 

Quelles sont les recommandations aux voyageurs ? Avant le départ ?
La consultation du Service de médecine tropicale et humanitaire  (SMTH) est à disposition pour prodiguer des conseils (contact ci-dessous).

Les voyages dans les pays touchés par l'épidémie sont déconseillés aux femmes enceintes.

Durant le voyage ?

  • Se protéger contre les moustiques 24h/24 (répulsif, habits imprégnés, moustiquaire, climatisation).
  • En cas de fièvre, prendre du paracétamol pour la faire baisser. Evitez l'Aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens. aucun autre traitement spécifique n'est à disposition.

Au retour de voyage ?
Précautions à prendre au retour de voyages d'une région où sévit l'épidémie Zika :

  • Si vous êtes un homme et que votre partenaire est enceinte, il est prudent de se protéger lors de rapports sexuels pendant toute la durée de la grossesse. Si vous avez un projet de grossesse, il est prudent de se protéger lors de rapports sexuels pendant au minimum 3 mois. La durée peut être plus  longue en cas de symptômes francs.
  • Si vous êtes un enfant, rien de particulier.
  • si vous êtes une femme ménopausée, rien de particulier.
  • Si vous êtes une femme en âge de procréer et que vous n'êtes pas enceinte il ne faut rien faire. Si votre test de grossesse est négatif, attendez 2 cycles menstruels avant d'envisager une grossesse. S'il est positif, voir ci-dessous.
  • Si vous êtes enceinte, prenez contact avec la Consultation des maladies infectieuses en obstétrique des HUG, Tél. 022 372 42 29 ou avec le Service de médecine humanitaire et tropicale (SMTH). Tél. 022 372 96 15.

Pour tout renseignement : HUG, Service de médecine tropicale et humanitaire (SMTH), Tél. 022 372 96 15.

Un test diagnostique est-il disponible ?
Le virus de Zika est détectable par une analyse PCR  dans un laps de temps très court après l'infection (jusqu'à 6 jours dans le sang et 15 jours dans l'urine). Au-delà, la charge virale est trop faible pour détecter le virus.

Les tests sérologiques pour identifier la présence d'IgM ou d'IgG sont peu spécifiques si les personnes ont déjà souffert de certaines infections telle que la Dengue ou ont eu un vaccin pour la fièvre jaune par exemple. Si la sérologie est positive, cela ne veut pas forcément dire que la personne a été infectée par Zika. Une consultation auprès d'un spécialiste est nécessaire.

Plus d'infos : Laboratoire de virologie, http://www.hug-ge.ch/laboratoire-virologie et site du SMTH et safetravel et l'OFSP

Un vaccin est-il disponible ?
Pas pour l'instant et il faudra des mois, voire des années, pour en développer un.

L'épidémie risque-t-elle de se répandre et de toucher la Suisse ?
Il est difficile de prédire si l'épidémie va se développer sur d'autres continents, mais c'est possible dans des pays ou la Dengue sévit. Il est peu probable qu'une épidémie se déclare en Suisse.

Plus d'infos :
http://www.safetravel.ch
http://www.who.int/features/qa/zika/fr/