Code de déontologie

L’achat professionnel met en jeu des techniques complexes mais cette fonction implique surtout chez ceux qui en sont responsables une grande rigueur intellectuelle et morale.

Tout acheteur doit être persuadé que rien n’est gratuit et que dans un monde où la conquête des marchés impose à tous les échelons une recherche permanente de la compétitivité, on ne peut fermer les yeux sur ce qui pourrait constituer une infraction grave et une entrave au jeu de la concurrence.

En effet, il faut avoir conscience du caractère pervers sur les plans économique, social et professionnel, des compromissions au niveau des transactions commerciales.

Sur le plan professionnel, les collaborateurs de la CAIB se doivent d’exercer leur mission en toute loyauté à l’égard de l’employeur et dans le respect des règles de déontologie de la profession d’acheteur.

LES PRINCIPES

Respecter la législation.
Respect tant sur le fond que sur la forme des lois du pays et des principes de
« bonne foi » de même que d’autre directives pour la profession fixées par des organisation professionnelles ou l’entreprise.

Agir vis-à-vis des fournisseurs avec probité et impartialité.
Garantir un niveau d’intégrité irréprochable dans toutes les relations d’affaires tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise.

N’accepter aucun avantage personnel direct ou indirect susceptible d’influencer une décision professionnelle.
Pour maintenir l’intégrité, tant de l’employé que de l’employeur, les cadeaux doivent être refusés. Des présents qui sont plus qu’une simple petite attention de faible valeur pécuniaire doivent être refusés.

L’hospitalité est une attitude polie et reconnue entre partenaires en affaire. Les hôtes ne doivent cependant pas se mettre en situation qui puisse empêcher la libre décision ou qui pourrait donner cette impression. La fréquence et l’étendue de l’hospitalité doivent se situer dans les limites des notes de frais que les HUG/CHUV sont prêts à régler.

Dans tous les cas, les déplacements/voyages payés par des fournisseurs en Suisse ou à l’étranger pendant et en dehors des heures de travail, requièrent l’autorisation du directeur de la CAIB.

Ne pas fausser directement ou indirectement la concurrence.
Respecter le caractère confidentiel des informations ou des biens immatériels de propriété industrielle et commerciale des fournisseurs.
La divulgation de ces informations serait de nature à porter atteinte aux intérêts de ces derniers. La confidentialité des informations accessibles, dans le cadre de l’activité doit être assurée et ne doit pas être utilisées à des fins personnelles.

Observer les règles générales d’honorabilité, l’honnêteté intellectuelle n’étant nullement incompatible avec l’habileté.

Références
- Code de l’honneur, CDAF (Compagnie des acheteurs de France)
- Code of ethics IFPMM (International Federation Purchasing and Material Management)