La recherche au service du malade

La recherche médicale et clinique fait partie des objectifs des HUG. Le développement de stratégies de diagnostics et thérapeutiques performantes et peu invasives est la principale mission de recherche du service. Ces activités de recherche sont possibles grâce au respect du patient, car les nouvelles technologies sont parfois imposantes et par conséquent impressionnantes.

La recherche sur le mésothéliome est l’expertise de recherche principale du service, à travers le laboratoire du Professeur Triponez et la Doctoresse Serre-Beinier à la faculté de médecine de l’Université de Genève.

Référentiel du cancer du poumon:

L’objectif de recherche est de fournir des référentiels d’échantillons, d’images et de pratiques cliniques pour améliorer le traitement et le diagnostic du cancer du poumon.

Chirurgie mini-invasive:

Développement technologique pour l’amélioration de la chirurgie mini-invasive.

Ablation pulmonaire:

Recherche pour l’amélioration des techniques classiques d’exérèse pulmonaire (lobectomie ou ablation) vers les segmentectomies.

Imagerie par fluorescence:

Conceptions novatrices pour l’utilisation routinière de l’imagerie par fluorescence dans les pathologies du poumon.

Le mésothéliome:

Recherche médicale et fondamentale sur le cancer des surfaces mésothéliales (plèvre pulmonaire), au sein du laboratoire de recherche sur le mésothéliome dirigé par le Professeur Frédéric Triponez et la doctoresse Véronique Serre-Beinier. Une meilleure compréhension du développement de la maladie afin de développer de nouvelles approches thérapeutiques., la meilleure gestion de la maladie et la maîtrise de son évolution sont les objectifs de recherche principaux du laboratoire.

De nouveaux marqueurs pour améliorer le traitement

Le mésothéliome malin est fatal dans la majorité des cas lorsqu’il prend la forme d’une néoplasie (prolifération de cellules non fonctionnelles) thoracique. Cette néoplasie débute dans la plèvre. Pour la majorité des patients, une exposition chronique à l’amiante, généralement sur leurs lieux de travail, corrèle avec l’apparition des symptômes plusieurs décennies plus tard. Le traitement du mésothéliome malin fait actuellement face à deux limitations d’importance: son diagnostic est tardif puisqu’aucun symptôme connu ne se manifeste au stade précoce; les cellules malignes du mésothéliome sont résistantes aux traitements classiques de chimiothérapie et radiothérapie. Pour faire face à ces problèmes, le laboratoire de recherche investit la caractérisation de nouveaux marqueurs afin de mieux identifier les différents types cellulaires du mésothéliome. De plus, il étudie le rôle de la réponse inflammatoire sur l’origine, la multiplication et la différenciation des cellules mésothéliales malignes.

Vous trouverez plus d’informations et une liste des publications sur le site du laboratoire en suivant ce lien

Métastasectomie par laser:

Élaboration des protocoles cliniques d’utilisation des lasers pour l’élimination des métastases.

Référentiel pathologie endocrinienne:

Fournir des référentiels de prise en charge des pathologies thyroïdiennes, parathyroïdiennes et surrénaliennes.

Vascularisation parathyroïdienne:

Etude de la vascularisation parathyroidienne par imagerie fluorescente

Hyperparathyroïdie secondaire ou tertiaire:

Étude de l’apport de l’imagerie fluorescente pour la chirurgie des parathyroïdectomies partielles.