Pneumothorax

 Description

Le pneumothorax est une pénétration d’air dans la cavité pleurale qui cause un affaissement du poumon.

Une double membrane protectrice appelée plèvre enveloppe les poumons. L’espace entre les deux membranes se nomme la cavité pleurale. Elle permet aux poumons de glisser sans frottement sur la paroi thoracique. Une pénétration d’air dans cet espace provoque une augmentation de la pression et un affaissement du poumon. Ce phénomène peut être local, généralement au sommet du poumon (apex), ou peut s’étendre à la totalité du poumon.

On parle de pneumothorax sous tension lorsque la poche d’air ne peut s’échapper et continue à augmenter. L’augmentation de la pression dans la cavité pleurale peut aller jusqu’à pousser le cœur et les gros vaisseaux sur le côté opposé du thorax, provoquant une chute de la pression artérielle. Une intervention chirurgicale est alors capitale pour la survie du patient

Causes et incidence

Le pneumothorax est plus fréquent chez les hommes que chez les femmes et affecte spécialement les personnes âgées de 20 à 40 ans. Fumer est un facteur aggravant.

Il peut subvenir à la suite d’une lésion thoracique ou d’une pathologie pulmonaire comme l’emphysème, l’asthme, la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou une tumeur pulmonaire. On parle alors de pneumothorax secondaire. Un pneumothorax peut également subvenir de façon spontanée (pneumothorax primaire), chez des patients sans pathologies pulmonaires.

Traitement

Le traitement du pneumothorax peut varier du simple repos à l’intervention chirurgicale.

Le traitement de première instance consiste en une exsufflation pleurale ou un drainage, sous anesthésie locale. Une aiguille (exsufflation) ou un drain placé dans la cavité pleurale permet l’évacuation de l’air accumulé, spontanément ou par aspiration.

Un traitement chirurgical s’applique si le drainage n’aboutit pas après quelques jours, lors de pneumothorax sous tension ou de récidive. L’intervention consiste à pratiquer une résection (ablation chirurgicale) de la zone pulmonaire associée à l’accumulation d’air. Afin d’abaisser le taux de récidive, les chirurgiens pratiquent une pleurodèse. Ils oblitèrent la cavité pleurale est oblitérer pour coller le poumon à la paroi pleurale. Ce geste s’effectue par résection de l’un des feuillets de la plèvre (pleurectomie), par abrasion mécanique (en frottant la plèvre) ou par saupoudrage de talc. Ces traitements chirurgicaux s’effectuent par thoracoscopie.