Chirurgie arthroscopique

Bien qu’apparue plus tardivement qu’au niveau du genou ou de l’épaule, la chirurgie par arthroscopie de la cheville s’est imposée rapidement comme une approche cruciale dans le traitement des pathologies de cette région, en particulier chez les sportifs amateurs ou d’élite.

L’arthroscopie permet de visualiser, par une caméra introduite dans la cheville, la majeure partie de cette articulation et permet sans incision supplémentaire de traiter de nombreuses pathologies d’origines sportives ou traumatiques.

Le suivi et le temps de guérison sont grandement améliorés par son caractère mini-invasif et les lésions guérissent plus facilement que lors d’une chirurgie ouverte.

Bien que les indications à cette chirurgie soient variées, les interventions sont le plus souvent proposées pour les pathologies suivantes :

  • Lésions antérieures de la cheville, ou cheville du footballeur : ce type d’atteinte est la plus fréquente. Elle fait suite en général à des micro-traumatismes répétés de cette région, en particulier chez les footballeurs, ou suite à des séquelles d’entorses. L’arthroscopie permet la libération des adhérences, l’excision osseuse ou la reconstruction des atteintes cartilagineuses.
  • Lésions postérieures de cheville : les lésions postérieures sont plus rares et se rencontrent généralement chez les danseuses et les gymnastes. Classiquement, certains tendons ou structures osseuses peuvent être comprimés dans cette région. Ils peuvent être libérés par arthroscopie.
  • Maladie d’Haglund : cette déformation est caractérisée par une excroissance douloureuse au niveau de l’insertion du tendon d’Achille. Cet éperon peut-être excisé par technique arthroscopique.

Enfin, d’autre techniques arthroscopiques peuvent être proposées, comme l’arthrodèse de cheville ou sous-talienne arthroscopiques, les tenoscopies, etc.