Cardiologie interventionnelle

L’unité de cardiologie interventionnelle du service de cardiologie propose une vaste gamme de prestations endovasculaires cardiaques et non cardiaques :

 

Coronarographie et cathétérisme cardiaque
L'état des artères coronaires est évalué par la coronarographie. Le cathétérisme cardiaque permet d'évaluer la fonction du muscle cardiaque et de ses valves. Ces examens s'effectuent sous anesthésie locale, la plupart par voie radiale (poignet) et une minorité par voie fémorale (pli de l'aine). Ils peuvent également s'effectuer en ambulatoire.

 

Angioplastie coronaire et pose d’endoprothèses (stent)
Lors d'un rétrécissement des artères coronaires, deux types d'interventions sont possibles : le traitement par cathéter avec une dilatation par ballonnet du rétrécissement suivie de la pose d'un stent (petit tuyau métallique) ou l'intervention chirurgicale (opération de pontage, réservée dans des cas de stade avancé de la maladie). Pour ce qui concerne le traitement par cathéter, l'utilisation de stents actifs (enrobés d'un médicament) permet de réduire considérablement le taux de nouveaux rétrécissements au même endroit.

 

Interventions coronariennes complexes
Ces interventions comprennent, entre autre, la pose de stent en cas de maladie avancée telle que la sténose du tronc commun, le Rotablator, l'Angiojet, et le traitement des occlusions chroniques (CTO). Ces interventions complexes requièrent des compétences et du matériel spécifiques.

 

Remplacement de la valve aortique par catheter (TAVI)
Le rétrécissement de la valve aortique, appelé « sténose aortique », est une maladie associée à un mauvais pronostic en l’absence de traitement suite à l’apparition de symptômes. La prise en charge traditionnelle est chirurgicale. Cependant, l’équipe du service de cardiologie des HUG propose un remplacement valvulaire aortique par cathéter (TAVI), par voie fémorale (en passant par le pli de l'aine, par voie sous-clavière (par l’artère sous la clavicule), par voie directe aortique avec mini-sternotomie ou transapicale avec mini-thoractomie (avec l’aide des chirurgiens pour atteindre le cœur).
La voie que l’on cherche à utiliser en première intention est l’approche transfémorale sans chirurgie et sous anesthésie locale. Le TAVI est proposé par le Heart team lorsque la chirurgie conventionnelle s'avère trop risquée (par exemple chez les personnes de plus de 80 ans, fragiles ou avec des maladies qui augmenteraient le risque opératoire). En 2008, les HUG ont été le premier centre en Suisse romande à proposer cette thérapie.

 

Traitement par cathéter de la valve mitrale (Mitraclip)
Chez des patients souffrant d’une fuite mitrale sévère symptomatique (insuffisance mitrale), qui présentent un haut risque pour une chirurgie cardiaque, et qui ont une anatomie de la valve mitrale favorable, l’unité de cardiologie interventionnelle des HUG propose un traitement par cathéter avec clippage de la valve (Mitraclip). Cette technique permet d’améliorer considérablement les symptômes pour la plupart des patients.

 

Fermeture du foramen ovale perméable (FOP) et de la communication inter-atriale (CIA)
La prise en charge de ces pathologies peut se faire désormais sans chirurgie, avec la pose d'un système de fermeture de la communication. Ces interventions se font souvent en anesthésie locale (FOP) ou générale (CIA). Elles peuvent également se faire en ambulatoire

 

Fermeture de l'auricule chez les patients avec fibrillation auriculaire
La prise en charge de ces pathologies peut se faire désormais sans chirurgie, avec la pose d'un système de fermeture de la communication. Ces interventions se font en anesthésie locale (FOP) ou générale (CIA). Elles peuvent également se faire en ambulatoire.

 

Pose de stent carotidien
Un rétrécissement des carotides peut provoquer une attaque vasculaire cérébrale (AVC). Une thérapie non chirurgicale développée récemment permet la pose d'un stent (petit tuyau métallique) en passant par le pli de l'aine (artère fémorale), sous anesthésie locale. Dans la plupart des cas, la durée de l'hospitalisation se limite à une nuit. L'expérience de l’équipe du service de cardiologie des HUG dans le domaine lui a valu une reconnaissance nationale et internationale.

 

Traitement du rétrécissement des artères rénales
En cas de rétrécissement sévère des artères rénales, le patient peut développer une hypertension artérielle que les médicaments ne suffisent pas à contrôler. L’équipe du service de cardiologie traite ces rétrécissements par ballonnet et pose de stent, en anesthésie locale et en passant par le pli de l'aine. Généralement, cette procédure se fait en ambulatoire.

 

Interventions périphériques
Ces interventions sont proposées chez des patients qui, à cause de rétrécissements ou occlusions des artères des jambes, ont de la peine à marcher ou souffrent de plaies qui ne guérissent pas. Notre équipe a une grande expérience dans ce domaine et effectue, entre autre, des interventions périphériques complexes telles que le traitement des occlusions iliaques et fémoro-poplitées ainsi que la désobstruction des vaisseaux au-dessous du genou chez les patients avec ischémie critique.

 

Dénervation des artères rénales
Cette nouvelle thérapie très prometteuse permet de traiter des patients avec une hypertension artérielle réfractaire à la thérapie médicamenteuse. Les candidats pour cette thérapie sont choisis au sein du groupe de travail HUG qui inclut cardiologues, hypertensiologues et néphrologues. La procédure par cathéter se fait en anesthésie locale en passant par le pli de l'aine.