Diagnostic

Un patient peut être référé ou s’adresser directement au centre du cancer de la prostate pour une détection précoce ou en raison d'une suspicion de cancer. Dans ce cas, la première étape de la prise en charge proposée par ce centre consiste à pratiquer un examen médical par l'urologue suivi d’un ensemble d’investigations permettant de préciser le diagnostic.

Examen clinique

Lors d’une consultation d’urologie, le médecin commence par préciser avec le patient ses antécédents médicaux ainsi que ses possibles symptômes actuels, puis il procède à un examen physique afin de rechercher tout signe de cancer de la prostate. La palpation de la prostate par un toucher rectal lui permet d'évaluer l'éventuelle présence de zones irrégulières et/ou indurées pouvant indiquer une tumeur.

Dosage du PSA

Présente dans le sang des patients masculins, l’antigène spécifique de la prostate ou PSA est une protéine produite par la prostate. Une augmentation de sa concentration dans le sang peut suggérer la présence d’un cancer. D’autres examens sont toutefois nécessaires pour préciser le diagnostic.

Imagerie par Résonance Magnétique

L'Imagerie par Résonnance Magnétique, ou IRM, de la prostate est une technique d'imagerie médicale qui permet une analyse précise des tissus, en particulier prostatique. Jusqu’alors utilisée uniquement dans le bilan d'extension locale du cancer de la prostate (propagation aux ganglions lymphatiques situés près de la prostate ou aux structures et tissus voisins), elle est aujourd'hui de plus en plus employée avant les biopsies prostatiques. Cet examen peut en effet visualiser d’éventuelles lésions prostatiques suspectes qui pourront alors être ciblées spécifiquement lors des biopsies, augmentant ainsi la précision et la qualité des prélèvements.

Biopsie

Le diagnostic sera formellement établi par le prélèvement (biopsie) d’échantillons de tissus de la prostate qui seront examinés en laboratoire par un pathologiste. Les prélèvements, effectués dans plusieurs parties de la prostate, sont faits en consultation ambulatoire par un urologue. Au centre du cancer de la prostate des HUG, les biopsies sont réalisées par voie endorectale sous guidage échographique tridimensionnel à l’aide d’un outil, l’Urostation de Koelis. Dans certains cas, cet outil permet également une fusion des images de l’échographie tridimensionnelle avec celles d’une IRM prostatique, préalablement réalisée, ciblant ainsi les nodules suspects de tumeur à l’IRM et améliorant  la précision de l’échantillonnage. 

Lire le protocole d’information de la Société Suisse d'Urologie sur les biopsies prostatiques >>

 

Examens complémentaires

Si les biopsies révèlent la présence de cellules cancéreuses, le médecin peut prescrire des examens complémentaires afin de préciser l’extension de la maladie et ainsi déterminer le traitement mieux adapté. Ces examens sont décidés en fonction du cas particulier du patient. Selon la situation il peut s'agir d'une prise de sang, d'une imagerie par résonance magnétique (IRM), d'une scintigraphie osseuse ou d'une tomographie par émission de positons (PET-CT ou PET-IRM).