BATLab

Mission

Présentation

Le projet de construction du BATLab a démarré en 2002. A l’époque, les analyses médicales réalisées pour les patients étaient effectuées dans une quarantaine de laboratoires disséminés sur l’ensemble du site hospitalier.

Avec la construction du BATLab, les HUG souhaitent regrouper géographiquement les laboratoires de routine et créer un unique lieu d’acheminement des prélèvements. Ce regroupement n'a pas été conçu comme une juxtaposition des services et d'unités, mais dans la perspective d'une fusion des compétences et d'une mutualisation des équipements.

La construction d’un bâtiment réunissant une trentaine de laboratoires HUG s’inscrit dans la volonté d’initier une démarche de rationalisation du dispositif de soins tout en maintenant un haut niveau d’exigence dans la qualité des prestations fournies au bénéfice des patients.

Leur regroupement sous un seul toit et la mise en place d’une logistique commune présente de nombreux avantage, pour l’institution d’une part, mais aussi pour le patient et pour le personnel.

  • D’éviter les duplications d’activités.
  • De mutualiser les équipements.
  • D’optimiser l’utilisation des ressources humaines.
  • De rationaliser la gestion des stocks, des achats de produits et de petit matériel.
  • De rationaliser la gestion et de l’évacuation des déchets.

Par ailleurs, le nouveau bâtiment et les installations techniques ultra-modernes répondent aux normes d’accréditation les plus récentes. Enfin, les espaces jusque-là utilisés par les laboratoires au sein des bâtiments hospitaliers seront réaffectés au profit d’autres activités médicales.

Bénéfices pour les patients

Toujours au cœur des préoccupations des HUG, le patient profitera également de ce regroupement des laboratoires.

  • Globalement, le processus d’analyse sera accéléré. Le prescripteur et le patient recevront donc plus rapidement ses résultats. 
  • Jusque-là, la multiplicité des sites de laboratoires impliquait que les prélèvements soient conditionnés dans plusieurs tubes, afin que chaque laboratoire concerné puisse disposer d’un échantillon. La création d’un seul centre de réception des prélèvements, l’automatisation de la phase de pré-analyse et la possibilité de stocker les échantillons permettra de réduire la quantité de sang à prélever sur le patient.