Comment se déroule-t-elle ?

Vous recevez une anesthésie sur mesure pratiquée par des médecins et infirmiers spécialisés. Avant votre arrivée au bloc, un médicament contre l’anxiété peut vous être proposé.

La prise en charge débute par la mise en place des dispositifs de surveillance des fonctions vitales :

  • Coeur : des patchs reliés à un écran sont collés sur la poitrine.
  • Tension artérielle : un brassard est placé autour d’un bras.
  • Respiration : un capteur est posé au bout d’un doigt.

Les médicaments qui induisent une anesthésie générale sont administrés par voie veineuse. Afin d’oxygéner au mieux les poumons, l’anesthésiste vous demande de respirer dans un masque. Au cours de l’opération, vous bénéficiez dans la plupart des cas d’une assistance respiratoire. Il existe deux types d’assistance : le masque d’oxygène, maintenu sur la bouche et le nez, et un dispositif placé dans la cavité buccale et les voies respiratoires (masque laryngé ou sonde d’intubation trachéale). Ces appareillages sont installés pendant l’anesthésie. Durant votre sommeil, un professionnel de l’anesthésie surveille vos fonctions vitales, notamment cardiaques et pulmonaires. Il adapte l’anesthésie à vos besoins. Une fois l’acte chirurgical terminé, l’administration de médicaments est interrompue, ce qui va entraîner votre réveil. En salle de réveil, vous êtes surveillé de manière continue.

Signalez tout inconfort à l’équipe soignante.

 

A noter : le médecin responsable de votre anesthésie pendant l’opération n’est pas forcément celui que vous avez vu en consultation. Il dispose cependant des informations utiles à votre prise en charge. Si nécessaire, il vous propose de modifier la technique d’anesthésie prévue.

 

Pour votre sécurité, des vérifications de votre identité, du type d’opération envisagé et du site opératoire (la partie du corps à opérer) sont effectuées plusieurs fois durant votre séjour. Votre participation active à ces différents contrôles est indispensable.