L’anesthésie locorégionale

Qu’est-ce que l’anesthésie locorégionale ?

Le médecin anesthésiste utilise des médicaments anesthésiques locaux. Ils sont associés ou non avec d’autres médicaments, soit à proximité de la moelle épinière dans le cas de l’anesthésie caudale ou péridurale, soit à proximité d’un ou plusieurs nerfs en périphérie dans le cas de blocs nerveux périphériques. Ceci permet une anesthésie ou analgésie plus ou moins profonde de la zone à opérer.

L’anesthésiste peut laisser en place un cathéter (tuyau en plastique souple très fin) par lequel des anesthésiques locaux continueront d’être délivrés pendant un ou plusieurs jours afin de traiter au mieux la douleur.

Comment se déroule-t-elle ?

Le médecin anesthésiste repère les nerfs pour la mise en place du cathéter à l’aide d’un ultrason (échographie) ou d’un neurostimulateur qui envoie de faibles impulsions électriques à l’extrémité d’une aiguille. Après injection des anesthésiques locaux, la zone concernée par l’opération est complètement ou partiellement insensible à la douleur.

Pourquoi une anesthésie combinée ?

L’intérêt de cette technique est d’alléger l’anesthésie générale et de diminuer les douleurs de manière considérable dans la période postopératoire.

Chez l’enfant en particulier, l’anesthésie locorégionale se pratique la plupart du temps en association avec une anesthésie générale car il est difficile d’effectuer une intervention chirurgicale sous une anesthésie locorégionale seule. Elle est réalisée quand l’enfant est déjà endormi. De cette manière, il n’en ressent aucun désagrément.

Quelles sont les complications possibles ?

L’anesthésie locorégionale peut entraîner :

  • Des maux de tête si la dure-mère (enveloppe qui entoure la moelle épinière) est accidentellement touchée. Ils disparaissent au repos en position couchée et, parfois, un traitement plus spécifique est nécessaire.
  • Une paralysie transitoire de la vessie rendue « paresseuse » qui est traitée par la mise en place d’une sonde urinaire.
  • Une paralysie ou une diminution de sensibilité, transitoire, pouvant déclencher un état d’agitation chez votre enfant.
  • Une douleur passagère au niveau du point de ponction.
  • Des démangeaisons selon les médicaments injectés.
  • Une injection accidentelle dans un vaisseau sanguin qui peut avoir des effets néfastes sur les systèmes neurologique et cardiaque.
  • Des complications graves, mais extrêmement rares : convulsions, arrêt cardiaque, paralysie permanente ou pertes définitives de sensibilité par un hématome, par les médicaments injectés, par la ponction elle-même ou par une infection.

Certains points non évoqués dans ce site pour la prise en charge anesthésique particulière de votre enfant peuvent être discutés lors de la consultation d’anesthésie.

 

Plus d'infos
Si la réalisation de l’anesthésie locorégionale s’avère difficile, 
après un nombre limité de tentatives, cette technique est abandonnée et l’anesthésiste prévoit alors un autre moyen pour soulager
la douleur de votre enfant.